Covid-19 : un grand concert virtuel réunit les stars de la musique africaine

Les grands noms de la scène musicale africaine se sont rassemblés lundi soir lors d’un concert virtuel pour afficher un message d’espoir face à la pandémie.

« Après la Covid-19, l’Afrique sera grande, l’Afrique sera forte. » L’un des nombreux slogans scandés lors de la soirée panafricaine « Wan » (Worldwide Afro Network) qui a rassemblé, lundi 25 mai, une centaine d’artistes du continent autour de lalutte contre la pandemie de coronavirus .

« Ensemble, on est imbattables », a de son côté lancé la star malienne Sidiki Diabaté, virtuose de la kora mais qui sait aussi rapper. Réalisé sur le mode du concert mondial virtuel « One World: Together At Home » qui avait réuni les Rolling Stones ou Taylor Swift, le Wan 2.0 African TV Show a réuni les plus grandes stars de la musique africaine sur les réseaux sociaux et sur « 200 chaînes africaines » avec « 500 millions de téléspectateurs potentiels » pour un concert virtuel, selon les organisateurs.

« La culture est au début et à la fin de tout »

Salif Keita, Fally Ipupa, Angelique Kidjo, Awadi, Magic System, Ziza, Fanicko, Tiken Jah Fakoly, Femi Kuti, Zeynab ou Bebi Philip ont joué depuis leurs salon, studio ou jardin pour quelques mots, mesures ou des chansons entières avec comme punchline finale invariable « Together as one » : unis comme un (jeu de mots en anglais entre Wan et « One », un).

Clou de la soirée, un duo entre la star sénégalaise Youssou N’Dour et Chris Martin, la vedette de Cold Play, qui ont joué ensemble à distance le tube « A Sky Full Of Stars ». « Je n’aurais jamais pensé en un million d’années que Youssou jouerait sur un morceau de Coldpay », s’est félicité l’internaute Awacham sur Twitter.

« Je suis optimiste, la culture est au début et à la fin de tout », a affirmé Youssou N’Dour, parrain de la soirée qui visait « d’abord à sensibiliser les populations à la lutte contre la pandémie, mais aussi à se dire que, dans beaucoup de domaines, rien ne sera plus jamais comme avant ».

La diaspora également présente

Les organisateurs ont voulu une Afrique élargie à sa diaspora. Le Brésilien Carlinhos Brown, les Guadeloupéens de Kassav ou les Jamaïcains des Wailers (ex-groupe de Bob Marley) avec Aston Barrett ont également joué pendant la soirée.

Jimmy Cliff a lui enregistré « un message en ces temps incertains » : « Le temps est venu encore une fois pour nous, Africains, de montrer au monde qui nous sommes, ceux du continent, ceux de la diaspora, il est temps d’être unis comme un. »

D’autres célébrités ou personnalités comme l’acteur français Omar Sy, l’ancien président ghanéen Jerry Rawlings, ou le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, sont également intervenus.

L’Afrique résiste mieux qu’attendu   à la grave crise sanitaire mondiale et compte 115 000 cas de Covid-19 pour 3 500 décès. La pandémie a fait plus de 344 000 morts dans le monde .

L’humoriste tunisienne Samia Orosemane, bloquée par la pandémie en Côte d’Ivoire, a ironisé : « Quelle tristesse de rester bloquée au pays de la joie et bonne humeur. J’aurais tellement aimé rentrer à Paris où les gens se battent pour du papier toilette ou des pâtes. »

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Je m’abonne

« Un moment pour construire notre solidarité »

Par moments, la soirée a pris une tournure plus politique. Sur un continent où l’âge médian est de 19 ans, le musicien burkinabè Patrick Kabré a rappelé les idées panafricaines de l’ancien président burkinabè Thomas Sankara, appelant « la jeunesse à être unie. Nous sommes l’Afrique d’aujourd’hui, nous sommes l’Afrique de demain. »

La star des blockbusters Djimon Hounsou, d’origine béninoise, a lui évoqué la polémique sur les essais des vaccins en Afrique : « C’est un temps pour l’autopréservation. Le moment d’être attentif et vigilant face à tout Occidental venant tester ses vaccins sur nous. La tromperie peut être puissante mais la vérité est encore plus puissante. »

La top model Naomi Campbell est allée plus loin que la pandémie : « On ne peut pas se permettre d’être spectateurs. Nous devons montrer notre résilience (…) pour surmonter (la crise) et devenir plus forts (…). Il faut utiliser votre voix pour appeler nos leaders africains à utiliser cette crise comme un moment pour construire notre solidarité et traiter les problèmes profonds et structurels qui touchent nos nations et leurs économies. »

Avec AFP

 

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp