DES TRAVAILLEURS DE LA CSS ETALENT LEUR COLERE ET RECLAMENT LA TETE D’ALIOUNE SARR

                 

Les travailleurs de la Compagnie Sucrière Sénégalaise (CSS), regroupés dans les neuf organisations syndicales présentes au sein de l’entreprise, ont battu le macadam ce samedi 1er décembre dans la commune de Richard-Toll pour protester contre l’autorisation d’importations de sucre accordée à des membres de l’Unacois. Une situation qu’ils tiennent pour responsable le Ministre du Commerce Alioune Sarr, auteur, selon eux, de cette autorisation qui serait une grande menace pour leur entreprise.

Une marche pacifique initiée par les travailleurs de la Compagnie Sucrière Sénégalaise (CSS) a regroupé toutes les neuf organisations syndicales de l’entreprise en présence aussi de toutes les forces vives et couches de la population du Département de Dagana. Des marcheurs qui ont sillonné la route principale allant du stade à la mairie de la commune de Ricard-Toll, munis de brassards rouges. On pouvait lire à travers leurs multiples pancartes des messages tels que «Non à l’importation du sucre !» ; « Stop à la fragilisation de nos emplois» ; «Démission du Ministre Alioune Sarr» ; «Sécuriser notre entreprise» ; etc.

«C’est toute la population de Richard-Toll qui est dehors, notamment des personnes qui, directement ou indirectement, tirent leurs revenus de la CSS et vous constatez que ce sont des dizaines de milliers de personnes. Aujourd’hui, la CSS est à l’article de la mort et elle risque d’être sacrifiée à l’autel des appétits en Dipa» (distribution des déclarations d’importations des produits alimentaires), regrette Louis Lamotte de l’Association des Agroindustrielle de la Vallée (Vallagri) et porte-parole du jour. Selon lui, l’Etat n’avait pas besoin d’importer un seul kilogramme de sucre au moment où la CSS avait repris sa production et détenait 11.000 tonnes de sucre dans ses stocks.

«Pourtant, on nous avait promis, à travers une lettre que jusqu’en juin 2019, il n’y aurait aucune importation puisqu’il y avait suffisamment de sucre au Sénégal produit par la CSS pour se passer d’importations», poursuit Louis Lamote regrettant cet état de fait.

Il estime que la CSS risque fort bien de fermer ses portes si l’on n’y prenne pas garde et cela sacrifiera des dizaines de milliers de sénégalais qui croient encore au travail. Et le porte-parole de faire savoir à l’Etat «que la plus grande catastrophe économique et sociale de l’histoire du Sénégal se produit actuellement au Walo. Il est temps qu’on privilégie l’intérêt général sur l’intérêt particulier en sécurisant les milliers d’emplois qu’offre la CSS».

Selon lui, les importations sont en train de tuer leur entreprise. Ce qui risque sans doute de tuer aussi l’économie de la région de Saint-Louis. D’où la nécessité pour l’Etat d’agir au plus vite pour sauver cette situation alarmante aux yeux des travailleurs de cette entreprise. Ils comptent alors s’opposer de toutes leurs forces à la distribution incontrôlée de DIPAS par le Ministre du Commerce. C’est ainsi qu’ils ont pu remettre leur mémorandum aux autorités administratives et locales de la commune de Richard-Toll pour exprimer leur strict désaccord quant à l’autorisation d’importations de sucre dans le pays par le Ministre du Commerce.