Droit de regard sur la question de Monsieur Mody Niang aux populations de Koki.

« Qu’a-t-il fait pour mon village, le candidat sortant, depuis sept ans qu’il dirige le pays ? »
Personne, monsieur Mody Niang, n’a le droit de vous reprocher de donner votre point de vue sur la manière dont votre village Koki est administré. En votre devoir de citoyen et de fils de Koki, vous avez montré avec acuité les difficultés existentielles de ses habitants qui souffrent le martyr et dont le triste sort ne semble pas intéresser nos autorités publiques à l’instar du président Macky Sall, qui préfère de loin inaugurer des infrastructures estimées à plusieurs centaines de milliards de francs CFA comme l’Arène nationale, le Centre de conférence Abdou Diouf de Diamniadio, l’Autoroute ILA Touba en grande pompe et en mobilisant toute la République que de fournir de l’eau potable douce en abondance aux différentes contrées du pays en souffrance du précieux liquide, une nécessité pour nos compatriotes.
Mieux, nous autres dans nos villages respectifs, devons dresser non seulement l’état des lieux mais également de pointer du doigt les conditions de vie insupportables de nos concitoyens afin de montrer le niveau de délabrement voire le dénuement total du tissu social sénégalais. Partout à l’intérieur du pays, les citoyens sénégalais sont abandonnés à eux-mêmes par nos autorités publiques et cette situation injuste n’indigne plus personne comme si c’est normal que des êtres humains vivent dans une extrême précarité.
Nos compatriotes du Sénégal profond sont considérés par nos autorités publiques depuis l’indépendance comme des citoyens de seconde zone et de surcroît manipulables à souhait.
C’est cette incurie qui laisse penser à nos autorités publiques que ces personnes sont à leur merci à chaque fois qu’elles réalisent des travaux dans leurs localités en vue d’améliorer leurs conditions de vie. Cette naïveté et ce manque de culture voire d’engagement citoyen sont mis en exergue par le régime politique en place afin de les exploiter et de jouer sur leur méconnaissance des enjeux sociétaux pour mieux les manipuler et d’obtenir d’eux une allégeance de fait. Et pourtant, le rapport de forces est biaisé et repose sur des considérations erronées.
Une fois, ce diagnostic posé, il revient de droit à chacun d’entre nous de se poser la question de la pertinence, de l’utilité voire de l’impact des politiques publiques et des projets d’envergure du président Macky Sall sur la vie réelle de nos concitoyens. Juste là, la question de monsieur Mody Niang aux populations de Koki au soir de l’élection présidentielle du 24 Février 2019 a du sens, mais elle reste subsidiaire par rapport aux attentes de nos compatriotes qui ont porté au pouvoir le président Macky Sall et qui attendaient de lui une République Debout où nos droits seront respectés et où la justice sera administrée avec courage, loyauté et responsabilité.
Il ne s’agit pas, monsieur Mody Niang, de minimiser la souffrance de nos compatriotes de Koki et d’ailleurs. Cette souffrance est bien réelle. Elle est d’autant plus insupportable à partir du moment nous constatons de manière récurrente que des pontifes du régime du président Macky Sall pillent nos ressources et détournent sans coup férir et à bout de champ des milliards de francs CFA sur le dos du contribuable sénégalais, et que d’autres ont par le passé ont ramassé une fortune inouïe en si peu de temps et ont migré aujourd’hui dans les prairies marrons de l’APR pour profiter au maximum des largesses indues du roi de la cour de Benno Bokk Yakaar.
Que faire ? Demander comme vous le faites aux populations de Koki de regarder ce que le président Macky Sall a fait pour leur village avant de mettre leur vote dans l’urne. Au demeurant, c’est une option facile pour apprécier la politique politicienne du président Macky Sall.
Pour les villages où le roi de la cour de Benno Bokk Yakaar a réalisés quelques travaux à travers le PUDC, il va s’en dire que les électeurs seront plus prompts à voter pour lui par pur esprit communautaire. Et, pour les autres, qui ont été oubliés par le régime pendant sept ans, ils n’auront que leurs yeux pour pleurer leur désarroi et vont voter immanquablement contre lui.
Certes, votre question, monsieur Mody Niang, peut être utilisée comme un outil d’analyse de la politique politicienne du président Macky Sall.
Mais, que dire de la responsabilité des autorités locales sur les difficultés de leur village ? D’où la nécessité de redistribuer les compétences et des moyens substantiels de gestion afin de réduire drastiquement l’hypertrophie des pouvoirs du président de la République. Et puis, ne nous trompons pas d’agenda politique. Il est question de l’élection présidentielle et non d’une élection municipale. Et toutes les questions que vous soulevez à juste titre doivent pouvoir être traitées dans une République normale par les autorités locales. D’où l’urgence de mieux redéfinir l’acte 3 de la décentralisation en vue de leur accorder une réelle autonomie en matière de prélèvement fiscal afin qu’elle puisse assurer une meilleure gestion de leurs ressources. Cette responsabilisation des communes et collectivités territoriales permet entre autres aux acteurs locaux de relever le défi d’une transformation substantielle de leur tissu socio-économique sans devoir tout attendre d’un président – politicien qui ne pense qu’à sa réélection et qui ne se soucie guère des besoins de base de beaucoup de nos compatriotes. Il préfère de loin leur donner quelques milliers de francs CFA dans le cadre de sa politique politicienne de bourses familiales pour mieux les asservir.
Cependant, votre question est simpliste, superficielle voire dangereuse pour la primauté des principes de la République sur toutes autres formes de clivage. Elle prête le flanc au courant communautariste de tous bords qui guette le pays et qui fragilise nos institutions républicaines et la Démocratie. Au plus, elle esquive des questions fondamentales que n’importe quel citoyen de bonne foi a le devoir de se poser avant de prendre sa décision qui aura immanquablement des conséquences sur l’ensemble du corps social sénégalais.
Le citoyen – électeur doit pouvoir répondre en toute objectivité et en toute responsabilité à ces questions qui ne cessent d’interpeller et de tourmenter nos compatriotes.
? Qu’est ce que le président Macky a fait du pouvoir que 65 % de nos compatriotes lui ont confié en 2012 ?
? A-t-il utilisé ce levier de la puissance publique pour défendre l’intérêt général du pays ? Ou l’a-t-il utilisé pour assurer la promotion de ses hommes de main, de son clan ? Ou l’a – t-il simplement utilisé pour combattre ses adversaires politiques ?
? Le président Macky Sall a-t-il respecté ses nombreux engagements contractés envers le peuple sénégalais ?
?Sur la réduction de son mandat présidentiel mainte fois martelée au Sénégal et ailleurs dans beaucoup de capitales européennes.
?Sur l’indépendance de la justice.
?Sur la gestion sobre et vertueuse de nos ressources publiques.
?Sur une République irréprochable et garante de nos droits et libertés.
?Sur la transhumance politique.
?Sur l’engagement citoyen et patriotique.
?Sur la primauté de la patrie.
?Sur la préférence nationale.
?Sur le népotisme, la concussion et la corruption.
?Sur les corps de contrôle de l’Etat.
?Sur la pertinence des réseaux sociaux contre les dérives des gouvernants.
?Sur la nécessité d’un Etat de droit.
?Sur le chômage des jeunes.
?Sur l’éducation et la santé.
?Sur la séparation des pouvoirs.
?Sur une réédition des comptes juste et respectueuse des principes républicains.
?Sur l’égalité des citoyens sénégalais devant la loi.
J’en passe et d’autres encore tellement que les engagements du président Macky sont trop nombreux pour les énumérer tous.
Ces engagements qui ont été au cœur de son combat politique, ont mobilisé la majorité de nos compatriotes pour lui permettre de diriger le pays de la Teranga.
Et au final, quelle désillusion ! Le président Macky Sall n’a pas honoré un seul de ces engagements. Les citoyens sénégalais sont édifiés aujourd’hui sur la nature de cet homme qu’ils ont eu le malheur de soutenir en 2012. Un homme rancunier, revanchard, lâche du fait qu’il ne se gêne nullement d’utiliser les leviers de la puissance publique pour s’attaquer à nos droits et libertés et de combattre de manière déloyale ses adversaires politiques, mais également un homme faible et incapable de réagir lorsque les membres de sa mouvance présidentielle se permettent toutes les forfaitures ignobles sur le dos du citoyen sénégalais lambda
Ces multiples engagements trahis doivent prendre le dessus sur toutes autres considérations. La trahison, ce tort qu’il a causé aux citoyens sénégalais qui ont porté leur confiance sur lui contre toutes attentes, doit peser davantage sur le choix de nos compatriotes au soir du 24 Février 2019 que les infrastructures de prestiges ou autres pistes et forages ou les millions qu’il distribue ou alloue à des politiciens professionnels sans vergogne et à une certaine élite maraboutique qui ont tout tourné le dos depuis longtemps à la cause des démunis et des sans voix.
Notre combat à quelques semaines de l’élection présidentielle doit se focaliser sur la nécessité du respect de ces engagements pour le prochain président de la République puisque le candidat sortant Macky Sall a plus que failli à sa mission et ne mérite pas sa réélection.
Il n’a pas la dignité de monsieur François Hollande et c’est trop lui demander. Et c’est pour cette raison qu’il s’accroche au pouvoir et multiplie les manœuvres pour confisquer le vote de nos compatriotes.
Voter pour cet homme, le président Macky Sall est irresponsable et dangereux pour la Paix et la stabilité de nos institutions républicaines. Un patriote digne de ce nom et qui lui reste encore de la fierté et le sens de l’honneur, ne peut pas porter son choix sur le président Macky en raison même de son renoncement à l’éthique, de ses mensonges et manœuvres éhontés.
Monsieur Mody Niang, notre unique combat aujourd’hui est de mettre à nu les pratiques despotiques du président Macky Sall et de dénoncer vigoureusement sa gestion sombre et nauséabonde des ressources humaines et financières du pays afin que nos compatriotes se souviennent de sa litanie de promesses et de pouvoir le sanctionner pour haute trahison.
Tout le reste ne fait que le jeu du pouvoir pour les esprits naïfs qui se contentent seulement de la visibilité des travaux du président Macky Sall et qui n’ont que faire de la défense des valeurs de la République à partir du moment ils peuvent soutirer par ci et là quelques billets de francs CFA ou de simples denrées alimentaires.

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp