Du Jamais vu ! Ivre, le «coxeur» Cheikh Diakhaté insulte les policiers et écope de trois mois fermes

Le monsieur est un adepte de Bacchus et l’a reconnu à la barre. Expliquant les circonstances de son arrestation, le prévenu l’a qualifiée d’ «arbitraire ».
« J’ai quitté ma maison pour aller travailler dans un chantier. En cours de route, les agents de police du commissariat de Yeumbeul m’ont appréhendé. Ils voulaient m’amener au commissariat. J’ai refusé d’obtempérer car je considérais que je n’avais commis aucune infraction. Nous sommes en démocratie et je suis libre de boire. Il faut dire, M. le président, que ces gens m’ont indexé car à chaque fois, je suis victime de tracasseries de leur part. Parfois, si je ne pars pas au chantier, je vais au niveau de l’arrêt des bus pour « coxer » (Ndlr, jouer le rabatteur). Lorsqu’ils me trouvent là-bas aussi, ils me mettent dans le panier à salade. Je ne comprends pas, Monsieur le président, d’autant que je suis inoffensif » a-t-il soutenu à la barre.
Dans le procès-verbal d’audition de la police, les agents enquêteurs donnent une autre version des faits. Selon eux, le prévenu était ivre mort et ne pouvait pas marcher correctement et c’est cette attitude qui a attiré leur attention. Les policiers voulaient l’appréhender pour le délit d’ivresse publique manifeste pour ensuite le libérer le lendemain, une fois que l’alcool aurait fini de faire son effet. Malheureusement pour lui, lorsque ces derniers l’ont appréhendé, il a commencé par les insulter en se battant avec eux. Une fois au commissariat, c’est le même scénario qu’il a reproduit. Il perturbait tout le monde en hurlant, injuriant et en traitant les agents de tous les noms d’animaux. Le maître des poursuites a requis six mois de prison ferme contre le prévenu.

 

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp