Fatimata Ouatara, alias Fatim O : «Je suis saturée et j’ai besoin de me recentrer sur ma vie privée»

Animatrice incontournable des Médias, ses auditeurs seront sevrés de sa voix envoutante pendant au moins 6 mois. Après 20 ans de carrière, Fatimata Ouatara alias Fatim O a pris la décision de suspendre ses envolées éclectiques et relaxantes de la bande Fm. Elle ne sera donc plus à l’antenne pendant un bon bout de temps, pour distiller sa bonne humeur et accompagner les mélomanes dans leur routine quotidienne. La voix-off nous évoque dans cet entretien les raisons qui l’ont poussée à décrocher…

Fatim O, 20 ans dans les médias, le moment du bilan. Que retenez-vous de votre carrière ?
Ce qui me vient là à l’esprit, c’est que travailler dans les médias nécessite énormément de sacrifices. Il faut parfois s’oublier et mettre en avant sa carrière. Puisque je suis carriériste, j’ai dû renoncer à pas mal de projets d’ordre familial et privé. Je n’ai aucun regret certes, mais avec le recul, je me rends compte que j’ai des choses à rattraper. Les trophées que j’ai reçus sur le plan national et africain, l’expérience acquise tout au long du parcours me réconfortent dans l’idée que je n’ai pas perdu du temps. Aujourd’hui, je suis arrivée à un stade où je suis reconnue dans le paysage médiatique sénégalais et même au-delà. Mon travail m’a permis de faire de très belles rencontres avec des célébrités du monde sportif, musical, politique et j’en passe. Toutes ces personnes me vouent un énorme respect et ça fait plaisir. C’est tout aussi gratifiant de marcher dans les rues de certains pays en Europe qu’on t’accoste dans la rue pour te faire l’éloge de ton boulot. Tout cela participe à te donner du courage et te pousse à persévérer…

Pourquoi ce moment précis pour décrocher de l’antenne ?
Je suis saturée et j’ai besoin de réfléchir à plein de choses. 20 ans c’est énorme, c’est toute une génération. Il y a un moment où il faut dire stop, ne serait-ce que pour reculer pour mieux sauter. Beaucoup me disent que j’aurais pu dépasser ce stade là depuis longtemps. Du coup, je me dis que je gagnerais plus à reconsidérer certaines choses dans ma vie professionnelle. Cet arrêt va également me permettre de me recentrer sur ma vie privée, réfléchir à des propositions qu’on m’a faites. A force de toujours faire les mêmes choses, j’ai envie de relever de nouveaux défis. On me sollicite dans des productions. Il y a mon agence de communication que je vais plus propulser. Je n’ai plus rien à prouver à la radio, à la présentation ou dans les publicités.

A vous entendre parler, faire de la radio ne vous fait plus courir ?
Quand on a fait 20 ans dans le métier, c’est tout à fait normal qu’on ait envie d’autres choses. Ce n’est pas que j’en ai marre, mais je veux aller au-delà. Toutefois, la radio reste mon fort, c’est d’ailleurs ce que je maîtrise le plus. Etre en connexion avec les auditeurs, les captiver avec sa voix, je m’y connais.

Lorsque vous dites que 20 ans c’est une génération, est-ce que vous vous sentez en décalage avec celle actuelle ?
Non pas le moins du monde ! Cette génération m’admire beaucoup. Je compte beaucoup de fans parmi elle. Je dirais même qu’elle me prend en exemple et me cite parmi ses références.

A travers votre compte Facebook, vous aviez donné le choix à vos suiveurs de décider si oui ou non, vous deviez partir. Est-ce parce que vous n’étiez pas sûre de vous ?
J’étais sûre de ma décision. En revanche, j’avais juste besoin d’une validation de mes fans. Ils me suivent de près ou de loin donc, ils me comprennent le mieux. La preuve, ils ont validé ma décision.

«Si je reviens à la radio…»

Vous restez néanmoins un agent du Groupe Futurs Médias ?
Je suis chargée des relations extérieures du Groupe Futurs Médias, parallèlement à mon rôle d’animatrice ou de présentatrice. Donc même si je serai hors antenne pendant 6 mois, je vais continuer à mener ma mission. Passé ce délai, si je dois revenir à l’antenne, ce serait sous certaines conditions. Il est clair que je vais revoir mes horaires. Je vais faire des propositions à la direction qu’ils vont certainement accepter. Les heures où j’étais à la radio ne me permettaient pas de passer du temps avec mes parents, les membres de ma famille et avec les gens que j’apprécie.

En 20 ans d’animation, ce sont de bons comme de mauvais moments. Pouvez-vous revenir sur ceux qui vous ont le plus marquée ?
Je ne dirais pas qu’il y a eu des mauvais moments, mais je garde des souvenirs un peu gênants, sans plus. Par contre de mauvais moments, j’en ai eu beaucoup. Mes premières années à la radio «Nostalgie» m’ont énormément marquée. Elles ont été magiques et j’y ai côtoyé du beau monde. Je suis d’ailleurs toujours en contact avec ces gens-là. Au Groupe Futurs Médias, j’ai acquis une autre expérience de la radio que je n’avais pas à «Nostalgie». Il faut dire que là- bas, c’est un média européen et les données ne sont pas les mêmes. A RFM, il a fallu que je m’adapte aux programmes sénégalais. C’était une expérience enrichissante que j’ai eue à partager avec les auditeurs qui me l’ont bien rendu. Certains m’ont dit à quel point ils ont eu envie de faire des études poussées ou de s’exprimer en Français, d’avoir une belle diction. C’est une grande fierté pour moi.

Une émission qui vous a emmené au 7e ciel ?

L’émission «Exclusive» que je faisais à la TFM fait partie de celles qui m’ont le plus marquée. J’ai pris du plaisir à la présenter au public. «Infos peoples» avec Nicolas du temps où il animait «Real One», m’a donné beaucoup de satisfactions. J’ai eu des retours positifs et lorsque je l’ai arrêtée, les auditeurs m’ont interpellée pour que je la reprenne. Seulement, j’estime qu’à mon âge, je dois passer à autre chose.

Votre premier jour à la radio, vous vous en souvenez ?
C’était à la radio «Nostalgie». On m’a mis le casque et on m’a demandé de parler, j’ai dit bonjour. Sur le moment, je découvrais ma voix et je ne savais pas qu’elle était aussi belle. C’est la première impression que j’ai eue et cela m’a donné le courage de continuer. J’avais même les yeux qui brillaient…

Vous avez fait des études en Sociologie, comment vous êtes- vous retrouvée à la radio ?

C’était par hasard. J’étudiais à l’institution Notre Dame et ce n’était pas trop loin des locaux de «Nostalgie». Comme j’aimais bien la radio, je suis allée avec des copines pour visiter. A l’époque, le directeur des programmes avait besoin de voix féminines pour des doublages. J’ai été prise pour ça et c’est comme ça que je me suis retrouvée à traduire les propos de grandes stars comme Madonna, Whitney Houston. L’aventure n’en a été que plus belle, par la suite. J’ai néanmoins poursuivi mes études, jusqu’à avoir mon diplôme, tandis qu’à la radio, j’ai été formée sur le tas. Au final, j’ai opté pour une carrière dans les médias. 20 ans après, j’envisage même de faire d’autres études, peut-être dans les Relations internationales ou dans le Management. J’y réfléchis en tout cas. Ce qui est certain c’est que, la radio m’a presque tout donné. Je n’ai pas eu besoin de faire de la télé pour présenter des forums internationaux, rencontrer le Président Macky Sall, des ministres, des directeurs de Cabinets, des préfets, des maires, des gendarmes et j’en passe.

«Je suis prête à me remarier et à faire des enfants, des jumeaux deux en un»

Des avances, vous avez certainement dû en avoir, avec toutes vos belles rencontres ?
S’il s’agit des autorités, elles m’ont plutôt encouragée qu’autre chose. Les prétendants par contre, ce n’est pas ce qui me manque, mais je suis toujours célibataire. Je n’ai personne dans ma vie. Espérons que d’ici peu, je vais rencontrer la personne qu’il me faut.

Vous êtes proche de la quarantaine, célibataire sans enfants. N’avez-vous pas l’impression d’être passée à côté de quelque chose ?
Je n’ai aucun regret. Beaucoup ne le savent pas, mais j’ai été mariée pendant 8 ans. Je sais parfaitement ce qu’est la vie de couple. Ces dernières années, j’avais mis la gomme sur ma carrière. Maintenant, je suis prête à me remettre en scelle, à me remarier et à faire des enfants. Si je pouvais avoir des jumeaux, deux en un, ce serait top.

Vous ressentez le besoin de vous caser et de faire des enfants ?
Après mon divorce, je n’étais pas prête à me recaser. Actuellement, je ne dirais pas que c’est un besoin mais que je suis prête psychologiquement. Je peux donner la chance aux hommes.

Comment doit être l’homme qu’il te faut ?
Mon côté indépendant et ma force de caractère font que je ne suis pas trop dans les «sénégalaiseries». Cela ne me correspond pas. Je suis très ouverte d’esprit et je n’aime pas que l’on m’enferme dans un carcan. D’aucuns disent que je finirais avec un Blanc. Je ne dis pas non tout comme je n’exclus pas de me marier à un Sénégalais si nous avons des atomes crochus et que nous sommes en symbiose.

Tantôt, vous parliez de passer du temps avec vos parents. Vous avez l’impression de les avoir un peu négligés ?
Ce n’est pas tellement ça. Toutefois, je ne les ai pas beaucoup vu à cause des contraintes liées à mes activités professionnelles. Nous ne vivons pas ensemble, donc ce n’était pas évident pour moi de passer du temps avec eux.

Quid de votre vie, de votre propre personne ?
Je suis heureuse et ma vie me convenait quoi qu’on puisse dire. J’étais contente de travailler et de donner de moi aux auditeurs. Là, j’ai besoin de repos, de prendre soin de moi. Ma vie professionnelle venait en première position et celle privée en seconde. Là maintenant, j’ai décidé que ce serait le contraire…

L’Observateur

 

 

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp