L’ÉDUCATION ET LA SANTÉ FONT CROITRE LE BUGDET D’AMADOU BA DE 60 MILLIARDS FCFA

news-details

LOI DE FINANCES 2019

Le ministre des Finances et du Plan, Amadou Ba, a lancé le marathon budgétaire à l’Assemblée nationale. Il a fait face aux députés ce dimanche 25 novembre 2018, dans le cadre de la Loi de finances 2019. Son budget pour l’année 2019 passe de 3774,7 milliards F CFA à 4071,8 milliards F CFA.

Le budget du ministère des Finances et du Plan connaitra une hausse de 297,1 milliards F CFA par rapport à l’exercice précédent. Du point de vue des charges le projet de loi de finances pour l’année 2019 se décompose en service de la dette, dépenses de personnel, de fonctionnement et d’investissement. Le premier poste est celui de la dette publique qui se chiffre à 863,17 milliards F CFA, réparti en charges d’intérêt pour 273,2 milliards F CFA et en amortissement pour 590 milliards F CFA.

Comparé à 2018, il y a une baisse de 2,1% conformément à la stratégie de gestion de la dette à moyen et long terme. Le deuxième poste majeur de dépenses du budget est constitué par la masse salariale. Ainsi, les dépenses de personnels sont estimés à 743,41 milliards F CFA contre 683 milliards F CFA en 2018. Une hausse de 60,41 milliards F CFA qui s’explique, selon le Rapporteur général de la séance plénière, Djimo Souaré, par les accords conclus avec les syndicats de l’Enseignement et de la Santé en vue d’apaiser le climat social dans ces deux secteurs et l’option du chef de l’Etat d’intégrer chaque année dans la masse salariale dix mille professeurs et maîtres contractuels.