Alimentation : La population en danger !

1

La plupart des jeûneurs ne savent pas gérer leur repas. La faim endurée pendant la journée ainsi que les privations poussent certains à se gaver dès la rupture du jeûne, de repas gras, de sucres à assimilation rapide ou autre. Cela ne fait que nuire à votre santé au lieu d’être bénéfique.
Parlons de la combinaison des aliments !
Notons que l’estomac de l’homme n’est pas fait pour digérer et assimiler sans peine toutes les combinaisons alimentaires imaginables. Les aliments qu’on ne digère pas ne profitent guère.
Sachez que protéines sont désintégrées en polypeptides par les protéases stomacales en milieu acide alors que les féculents sont digérés dans la bouche en milieu neutre, puis dans l’intestin en milieu alcalin, par les glucidases.
Ainsi la plus grande erreur que l’on fait c’est de mélanger les deux soient les protéines et les féculents. Les deux ne se digérant pas de la même façon, l’assimilation se fait plus difficilement, le système digestif doit mettre tous les efforts pour démêler tout cela. Et parmi les féculents couramment utilisés nous pouvons citer : le pain, les pâtes, toutes les céréales (riz, orge, quinoa, blé…), pommes de terre et tous les légumes racines (carottes, courges, navets). Les protéines, elles sont : la viande, le poisson, le fromage, le yogourt, les noix, les légumineuses, les œufs, les olives, etc. En effet les repas de protéines et féculents s’accompagnent de crudités, d’une salade verte et/ou de bons légumes verts. Précisons que les fruits eux sont répartis en trois groupe : les fruits acides (tous les agrumes, fraises, ananas…), les fruits mi-acides (pommes. poires, raisins, mangues…), les fruits doux (bananes, dates, figues, raisins secs…). Les fruits acides peuvent se consommer avec les mi-acides mais non avec les fruits doux. Les fruits mi-acides sont compatibles avec les fruits doux ou les fruits acides. Les melons se mangent seuls, car ce sont des fruits neutres contenant un grand pourcentage d’eau. Notons aussi que tous les fruits s’assimilent facilement et sont incompatibles avec les féculents et les protéines qui demandent de longues heures de digestion. Cependant, ils sont acceptables avec le yogourt et conviennent parfaitement à notre repas matinal ou encore pour un dîner léger. Cependant il ne faut pas mélanger les fruits et les farineux, comme les pommes de terre, le pain.
La cuisson n’est pas naturelle, car la Nature n’a pas créé de réchauds ni de cuisinières ! Aucun animal ne cuit ses aliments. Toutefois, le retour à une alimentation totalement crue présente de grandes difficultés pour nos organes atrophiés et nous sommes obligés de faire plusieurs concessions dans ce domaine. La cuisson doit toujours être faite à l’eau, sinon au four, jamais à l’huile ni au beurre. Les corps gras se transforment en poison quand ils sont cuits. Ils sont désintégrés et dégradés, libérant des acides gras dangereux, comme c’est le cas des aliments frits. En plus, ces graisses enrobent si bien les aliments que ces derniers ne peuvent plus être touchés par les sucs digestifs. Voilà ce qui explique l’indigestion provoquée par les fritures. Les fritures sont très nocives pour le foie. Par contre, on peut mettre de l’huile ou du beurre après la cuisson ou sur les crudités. De préférence, de l’huile vierge. Enfin comme la cuisson détruit la plus grande partie des vitamines et qu’elle transforme les sels minéraux et les oligo-éléments en matières inertes, il faut donc cuire le moins possible. Les légumes cuits doivent être fermes, pas mous, ni en purée. Pour un kilo de légumes, quinze minutes de demi-cuisson suffiront, dans trois verres d’eau. L’eau de cuisson peut être bue au début du repas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here