Mbour : L’ex-président de la Commission domaniale déféré au Parquet

L’ex-président de la Commission domaniale de Mbour a été déféré au Parquet hier, par les redoutables gendarmes de la Dscos. Malick Ndour est poursuivi pour escroquerie foncière.

Malick Ndour qui a occupé, durant des années, la fonction de président de la Commission domaniale de Mbour, a été rattrapé par son passé. Son tort a été de vendre à un citoyen une parcelle d’un boulevard sis au quartier Liberté de Mbour. Suite à une décision du Conseil municipal, le boulevard a été morcelé et cédé à des tiers qui n’arrivaient pas à construire. Suite à des injonctions des services techniques, le maire avait fait surseoir cette décision, mais le sieur Malick Ndour s’obstinait à brader les terres du domaine national. C’est ainsi qu’il a cédé une parcelle à une personne qui n’arrivait pas à obtenir une autorisation de construire. Cette dernière fait fi de tout cela et commence à ériger des travaux. C’est ainsi que la Dscos intervient et met fin à la construction des bénéficiaires des parcelles sises sur le boulevard. Au bout de plusieurs années, le plaignant n’arrivait pas à entrer dans ses fonds ni à obtenir un remboursement de la part de l’ex-président de la Commission domaniale de Mbour. Il finit par déposer une plainte au niveau de la Dscos.

Selon nos sources, une médiation a été tentée par le sieur Ndour, mais le plaignant a exigé que l’affaire soit portée devant la Justice. Le mis en cause est bien connu des scandales fonciers intervenus dans la commune de Mbour. On se rappelle qu’il avait cédé un espace situé à la devanture de la gare routière et appartenant à une compagnie d’essence, à un homme d’affaires mbourois. Le préjudice subi par ce dernier était estimé à environ 30 millions de nos francs. Avec ses complices, au nombre de trois personnes travaillant à la mairie, il est interpellé et placé sous mandat de dépôt. Il séjournera en prison durant six mois avant de bénéficier d’une liberté provisoire.
Au niveau de la Dscos, d’autres plaignants se bousculent pour avoir subi des préjudices de la part de l’ex-président de la Commission domaniale, afin d’obtenir réparations.