PAPE DIOP « DÉFIE » MACKY SALL

L’ancien président de l’Assemblée nationale sous Abdoulaye Wade et président de la Convergence libérale et démocratique Bokk Gis Gis a annoncé officiellement sa candidature à l’élection présidentielle

L’ancien président de l’Assemblée nationale sous Abdoulaye Wade et président de la Convergence libérale et démocratique Bokk Gis Gis, Pape Diop, a annoncé officiellement hier, jeudi 27 septembre 2018, sa candidature à la présidentielle de février 2019. L’ancien patron du perchoir et maire de Dakar qui devrait être investi au mois de janvier prochain a fait part de sa décision de briguer les suffrages des Sénégalais, lors de la présidentielle, en marge d’une conférence organisée à la Place du Souvenir de Dakar. Non sans décliner un pan du programme qu’il compte dérouler au Sénégal s’il accède à la magistrature suprême, dont un mandat présidentiel unique de cinq ans.

Pape Diop, l’ancien président libéral de l’Assemblée nationale, a décidé de franchir le Rubicond et de donner une nouvelle tournure à sa carrière politique. Aussi a-t-il déclaré officiellement sa candidature à la présidentielle du 24 février prochain. Devant ses militants réunis hier, jeudi, à la Place du Souvenir, le leader de la Convergence libérale et démocratique Bokk Gis Gis a fait part de son engagement à se confronter à l’actuel locataire du palais présidentiel, Macky Sall. Un chef d’Etat qui est d’ailleurs, selon Pape Diop, «prenable». Pour cause, a-t-il argué, « Macky Sall veut tromper les Sénégalais, c’est pourquoi il essaie de jouer avec leur mémoire en déclarant qu’un sondage lui attribue 54%. En vérité, les sondages lui attribuent moins de 32% ».

Sa déclaration de candidature actée pour la présidentielle de 2019, le président Pape Diop a levé un coin du voile sur le programme qu’il entend décliner, une fois élu président de la République. Face à ses militants, Pape Diop a ainsi annoncé plusieurs engagements. Le président de la Convergence libérale et démocratique Bokk Gis Gis a promis, une fois élu à la magistrature suprême, d’entamer des réformes profondes dans le but d’impulser le développement du Sénégal. A ce titre, la santé, l’éducation et l’agriculture feront l’objet de concertations nationales inclusives. Dans la foulée, Pape Diop a annoncé qu’il ne fera qu’un mandat unique de cinq ans comme il mettra fin au cumul des fonctions de président de la République et de chef de parti. Poursuivant son propos, Pape Diop s’engagera à ce que le président de la République et le ministre de la Justice ne siègent plus au Conseil supérieur de la magistrature pour plus d’indépendance de la justice.  Qui plus est, les différents corps de contrôle de l’Etat ne seront plus sous la tutelle de la Présidence pour plus d’autonomie et une plus liberté d’action. A ce titre, a dit Pape Diop, les corps de contrôle seront dotés d’une autonomie d’auto-saisine, pour plus de liberté dans l’exécution des missions qui leur sont assignées. Mais tout cela se fera sous l’encadrement de la loi.

Poursuivant sa déclaration de candidature, l’ancien maire de Dakar s’est engagé également à la réforme de certaines institutions dont l’Assemblée nationale, en ce qui concerne l’élection des députés mais aussi que chaque parlementaire soit accompagné par un assistant dans l’exercice de ses fonctions. Parlant de la Constitution, Pape Diop entend instaurer des dispositifs de révision de celle-ci mais aussi une limitation du nombre de révisions, afin d’éviter les « réformes circonstancielles de la Constitution ». En conclusion à sa déclaration faite devant ses militants, le leader de Bokk Gis Gis s’est dit prêt à prêter serment devant un jury d’honneur pour le respect scrupuleux de sa parole donnée et de ses engagements pris. Avant de donner rendez-vous aux militants et sympathisants en janvier 2019 pour un congrès d’investiture.

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp