Règles à suivre pour l’immolation du mouton le jour de la Tabaski

Invocation à dire avant l’immolation : (avant même de coucher l’animal)

“Wadjahtou wadjehii lil lezii fatarass-samaawaati wal arDi haniifane, mouslimane wa maa (a)naa minal moucherikiina.

Inna Salaatii wa noussoûkii wa mahyaaya wa mamaatii lil Laahi Rabbil (aa)lamiina laa chariika lehou wa bizaalika oumirtou wa (a)naa minal mouslimiina”.

Ensuite on couche l’animal

1er cas : on tue pour soi-même ; on dit avant de passer à l’acte :

« Allaahoumma haazaa mineka wa laka, (a)nnii wa ane ahlii ; fataqhabbale minnii kamaa taqhabbalta mine Ibrahiima khaliilika wa mine Mouhammadine sallal Laahou aleyhi wa sallam habiibika, BISMILLAAHI WALLAAHOU AKBAR ». Aamine.

Oh Mon Dieu ceci vient de Toi et T’appartient ; accepte le de moi et de ma famille ; agrée mon sacrifice de même que tu as agréé celui de ton confident Ibrahim et celui de ton préféré (sopé) Mouhammad.

Au nom de Dieu ; Dieu est le plus grand.

2ème cas : on tue pour le compte d’une autre personne (Abdallah par exemple) ;

La formule devient :

« Allaahoumma haazaa mineka wa laka (a)ne Abdallah wa ane ahlihi ; fataqhabbale minehou kamaa taqhabbalta mine Ibrahiima khalilika wa mine Mouhammadine Sallal Laahou aleyhi wa sallam habiibika, BISMILLAAHI WAL LAAHOU AKBAR » Aamine.

—————————————————————————————————-

Règles d’immolation (selon la sounna) :

– Effectuer l’immolation chez soi (dans sa propre maison) en présence

des membres de sa famille (le Prophète avait invité sa fille Fatimata à venir assister au sacrifice de son mouton et lui a fait savoir que ses fautes seront pardonnées dès que la 1ère goutte de sang gicle de la veine de l’animal).

– Immoler soi-même.

– Faire face ce faisant à l’Est (dioublou pinkou).

– Le mouton doit être orienté vers l’est également.

– Couper la trachée artère ainsi que les 2 veines jugulaires (boli gui ak niaari siddiite yi ko sekh).

– S’arrêter dès que ces éléments sont sectionnés.

– Ne pas détacher donc la tête du corps.

– Ne pas casser la colonne cervicale (l’os au niveau du cou) non plus.

– Laisser « refroidir » le mouton ; ne pas commencer le dépeçage alors qu’il est encore tout chaud.

– Ne pas le « secouer » ; il doit refroidir tout seul (Boul ko yeungeul ; Boul ko geusseum).

– Ne pas l’étrangler ; « Boul ko ndiate ».

– Le couteau doit être bien aiguisé.

– On doit faire de sorte que le mouton ne voit pas le couteau ; de même que les autres moutons qui attendent (s’il y en a d’autres).

– Lui donner à boire avant de l’immoler.

– Ne pas le brusquer ni le brutaliser lorsqu’on l’amène vers le lieu d’immolation : le traiter avec délicatesse.

– Le coucher par terre avec le maximum de précaution, de douceur ; encore une fois éviter de le brutaliser.

– Diligenter l’immolation ; ne surtout pas faire « traîner » le couteau.

– Après l’immolation faire 2 rakas (dioulik yoor – yoor) et adresser ses demandes à Dieu ; ces vœux seront exaucés incha Allah.

Par Daara Serigne Mor Diop

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp