MACKY SALL, LE NOUVEAU HERAUT DE L’AFRIQUE

Le Président Macky SALL vient de décider, après un historique discours du haut de la tribune de l’ONU, il y a quelques années, de porter à nouveau la parole de l’Afrique, dans un contexte particulier où le continent a besoin de faire entendre sa parole et de revendiquer son leadership sur l’échiquier mondial. L’heure s’y prête. Outre qu’elle est grave en effet, l’incertitude qui plane sur le monde frappé de plein fouet par la pandémie du Covid-19 est grosse de tentations de replis sur soi qui pourraient tenter nombre de pays partenaires privilégiés de l’Afrique, aujourd’hui menacés de récession aux conséquences non encore totalement évaluées. Le Président prend donc la parole à nouveau. Il en a la légitimité, tant politique qu’historique. Le Sénégal est en effet la terre des grands panafricanistes, de Cheikh Anta DIOP à Senghor, dont la pensée nous semble particulièrement avoir influencé le discours de notre Président.

« L’Afrique, nous dit Macky SALL, berceau de l’humanité et terre de vieille civilisation, n’est pas un no man’s land. Elle ne saurait, non plus, s’offrir comme terre de cobayes. Exit également les scénarios catastrophistes qui s’évertuent à dessiner un futur d’apocalypse pour le continent. Ce continent a subi des épreuves autrement plus périlleuses et plus cruelles. Il est resté résilient et tient plus que jamais debout ».  Ajoutons aussi que nos ancêtres, « les témoins du monde nouveau qui sera demain » ont porté haut son flambeau et payé de leurs vies la liberté des autres. Nous en sommes les dignes descendants.

 « Il est temps de travailler ensemble à l’avènement d’un nouvel ordre mondial qui met l’humain et l’humanité au cœur des relations internationales », lance le Président Macky SALL. Oui, l’heure est arrivée « que nous répondions présents à la renaissance du monde », d’autant plus que « l’Afrique regorge de ressources humaines de qualité », et c’est pourquoi dans ce nouvel ordre mondial, notre continent sera nécessairement « le levain nécessaire à la farine blanche ». Cette prédiction mackyenne, résurgence d’une lointaine prophétie de Senghor le grand visionnaire se réalisera quand nous aurons « mis en commun nos moyens et nos intelligences (…), dans un même élan de solidarité humaine », et appris « (…) de nos erreurs et de nos limites, redéfini l’ordre des priorités, redonné plein sens à l’économie réelle en investissant plus dans l’agriculture, l’énergie durable, les infrastructures, la santé, l’éducation et la formation, pour réaliser un développement soucieux du bien-être de l’homme intégral », c’est à dire, plus prosaïquement, quand le monde aura définitivement transcendé le matérialisme dialectique de Marx qui place l’économique au-dessus de l’humain !

Voilà posée une thèse bien senghorienne. Senghor chantait en effet un humanisme intégral qui se tisse autour de la Terre, en une symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races qui se réveillent à la chaleur complémentaire. L’imperfection du monde présent suggère sa transformation en un monde où toutes les contradictions se fonderont.

C’est ce que le Président Macky Sall désigne bien à propos sous le vocable de nouvel ordre mondial. Le monde aspire effectivement à un renouveau imminent, un processus dans lequel la contribution de l’Afrique ne sera pas seulement essentielle, mais elle aussi active, productive et source d’inspiration. C’est cela la quintessence de la civilisation de l’universel.

Le Président Macky SALL lance donc un vibrant appel à la solidarité entre peuples, une solidarité à hauteur d’homme, et un appel solennel à la communauté internationale, pour « l’annulation de la dette publique africaine et le réaménagement de sa dette privée selon des mécanismes à convenir. »

Aux Africains de prendre la place qui leur revient dans un monde où rien n’est donné. Tout est à conquérir, car, dit-il, « l’Afrique ne doit pas être laissée pour compte ».

Le Président Sénégalais assume son leadership continental. Il est un digne héritier de Senghor, chantre de la Négritude qui a su porter la cause de l’Afrique et de l’Homme noir au cœur des débats sur le sort de l’humanité toute entière ; le Président Macky SALL, à défaut de partager les penchants politiques clairement de gauche d’un de ses prédécesseurs, n’en assume pas moins l’inclinaison socialiste de son libéralisme revendiqué !

Espérons que son appel soit entendu !

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp