Réponse à Moustapha Diakhaté: « Compagnonnage d’El Hadji Mansour Sy avec Macky Sall: La vérité des faits » Par Bernard Ousmane Ndiaye*

Le journal en ligne SENEGO a repris un post-i du 16 Septembre 2018 – 13h34 de Monsieur Moustapha DIAKHATE, ancien député et ancien Président du groupe parlementaire de BENNO BOKK YAKKAR, intitulé « Elhadji Mansour SY : de Marx à Christine Lagarde ».

A la lecture dudit texte, j’ai été ahurie par l’approximation des arguments, l’amalgame sciemment entretenu de faits placés hors de leur contexte. C’est donc, déformant propos et contextes que Monsieur Moustapha DIAKHATE, dans sa platitude habituelle, après l’échec de la tentative de Monsieur Mahmout SALEH, essaie à son tour de ternir la réputation de l’Honorable Député du peuple, je veux nommer : Elhadji Mansor SY Djamil.

Je constate simplement, et les sénégalais avec moi, que certains hommes politiques de l’entourage du Président Macky SALL, s’emploient depuis un certain temps à dans une entreprise de destruction de la l’image du Président de notre Parti : Bes Du Ñakk.

Je voudrai rappeler à l’endroit de cela, et en particulier du Sieur Moustapha DIAKHATE, qui feint l’ineptie, ce qui suit, afin d’éclairer les sénégalais qui sont la seule raison de l’engagement politique d’Elhadji Mansor SY Djamil.

Celui qui est pris à partie, aujourd’hui, par les affidés du pouvoir, est celui qui, comme la majorité des sénégalais, pensait que le Président Macky SALL était l’homme le mieux placé pour porter les espérances de notre peuple.

C’est pour cette raison que notre Parti, avec lui, s’était engagé à soutenir sans condition le candidat Macky SALL, qui déclarait à l’époque « gagnons ensemble et gouvernons ensemble » et proclamé haut et fort « la Patrie avant le Parti ». Mais l’exercice du pouvoir nous a révélé une pratique familiale voir clanique qui place « la Fratrie avant la Patrie ».

Avec lui, nous, Bes Du Ñakk, si nous avons gagné ensemble, avec toutes les forces politiques qui l’ont soutenu à l’époque, n’avons pas gouverné ensemble.

Aux élections législatives de juin 2012, qui se sont tenues juste après la présidentielle, notre premier désaccord fut constaté : le Président Macky SALL nous proposa un (01) poste député sur la liste nationale ; offre que Bes Du Ñakk a décliné pour briguer avec sa propre liste le suffrage des sénégalais. Ce qui nous donna, lors de cette législature, quatre (04) députés avec un peu plus de 5% du suffrage de nos concitoyens.

N’est ce pas le Président Macky SALL, qui, lors d’un « ndogu » au palais, en magnifiant le brillant résultat réalisé avec peu de moyens par notre Parti, salua le génie politique d’Elhadji Mansor SY Djamil, devant tous les députés de BENNO BOKK YAKKAR y compris Monsieur Moustapha DIAKHATE?

N’en déplaise aux têtes mal pensantes du palais, c’est fidèle à notre ligne de conduite que nous avons à nouveau décliné aux législatives de 2017, l’offre du Président Macky SALL de deux (02) postes de députés. De surcroit ces propositions logés sur la liste départementale de Dakar, calcul politique oblige, visaient à créer un affrontement frontal des deux leaders de Dakar qui se vouent une estime réciproque, afin de rendre impossible toute entente future en direction de la présidentielle.

La suite est d’ordre public : le holdup de Dakar, avec plus de sept mille (7000) ordres de missions et une campagne d’achat de conscience sans précédent, pour se proclamer au finish, dans un scénario digne d’un film de gangsters, vainqueurs des élections législatives à Dakar avec difficilement près de deux mille voix hypothétiques.

Soucieux de garder notre indépendance de penser et d’agir, alors que tout se marchander, nous, Bes Du Ñakk, nous nous sommes gardés d’être demandeur de quoi que se soit ; malgré notre poids politique confirmé par le suffrage universelle. Aucun ministre, aucun Directeur Général, Directeur National, Président de Conseil d’Administration ou Ambassadeur n’a été nommé dans le cadre des quotas réservés aux partis et mouvements souteneurs au compte de Bes Du Ñakk.

Le rang de Vice Président de l’Assemblée Nationale est la seule position et de surcroît d’ordre électif qui nous a été octroyé dans BENNO BOKK YAKKAR. Cela étant dicté par l’obligation de tenir compte de notre appartenance au même groupe parlementaire avec nos quatre (04) députés.

En 2014, face à la boulimie de l’APR, récidivant à nouveau, notre Parti : Bes Du Ñakk se présenta sous sa propre bannière aux élections locales avec un résultat confirmant sa représentativité nationale.

Ce que le Sieur Moustapha DIAKHATE omet sciemment de dire est qu’à l’époque, fidèle à notre appartenance à BENNO BOKK YAKKAR, malgré les désaccords sur des questions importantes de gouvernance, à la demande du Président Macky SALL et du Premier Ministre Mohamed Bounne Abdalah NDIONE, nos élus locaux ont voté en faveur des candidats de la coalition au pouvoir sans être élus par cette coalition.

Ce qui a permis, entre autres, à notre parti : Bes Du Ñakk, qui se trouvait dans une position d’arbitre, de faire élire Monsieur Abdoulaye TIMBO Maire de la ville de Pikine, après une longue concertation de nos élus et responsables de notre parti avec BENNO BOKK YAKKAR dans les bureaux du Premier Ministre.

Par suite, malgré les désaccords exacerbés en 2015 par le référendum, le Président Macky SALL, en 2017, lors de la mise en place du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), promis à Bes Du Ñakk un poste nominatif de Haut Conseiller dans le quota présidentielle. Avec un nombre de plus de cinquante élus, Bes Du Ñakk, arbitre de la situation à Pikine, décrocha un poste électif de Haut Conseiller sur les trois (03) du département.

A notre grande surprise, nous nous rendions à l’évidence, après la publication des nominations présidentielles, que la promesse faite par le Président n’a pas été tenu.

Alors, Monsieur DIAKHATE, pourquoi avez-vous tut tous ces faits pour faire croire aux sénégalais que c’est à cause d’une question d’offre de postes que Elhadji Mansor SY Djamil à rompu avec le Président Macky SALL ? Si ce n’est pas de la malhonnêteté intellectuelle, c’est quoi ?

Monsieur Moustapha DIAKHATE, pour votre éclairage, à chaque fois qu’il y a une question majeure devant engager le Parti, en bon démocrate, le Président Ehadji Mansor SY la soumet à l’approbation du Directoire National. C’est donc le Directoire National de Bes Du Ñakk qui souverainement a pris la décision non seulement de rejeter l’offre de deux (02) postes de députés; mais aussi, de rompre le compagnonnage avec BENNO BOKK YAKKAR ; parce qu’à l’évidence les fondements de notre engagement à soutenir sans condition le Président Macky SALL ont été dévoyés par une politique qui avilit la démocratie et prône la « deumeucratie » prototype bien sénégalais du cannibalisme politique.

Si pour vous être ensemble dans une même coalition c’est subir la pensée unique et agir aux ordres, pour nous c’est un compagnonnage qui sublime le respect de l’autre, accepte la pensée plurielle et consacre les mérites de l’autre ; en d’autre « ande gor ak nawlé ».

C’est donc, soucieux de notre souveraineté, de notre liberté de penser et d’agir, que nous nous sommes séparés de BENNO BOKK YAKKAR et de son mentor, pour entre autres choses, les raisons ci-exposées et que vous cachez aux sénégalais pour tenter de les divertir avec une fausse querelle de poste.

Les faits sont là, les faits sont têtus, les faits sont indélébiles.

Quid de la personnalité d’Elhadji Mansor SY Djamil que vous tenter de salir en vain sans pouvoir l’entacher.

L’éducation religieuse et intellectuelle de cet homme l’a mis contrairement à ses détracteurs, au diapason de son temps et permis de marqué de sa prégnance son parcours élogieux de guide religieux, d’intellectuel et d’homme politique ; un tout qui fait de lui un homme à l’écoute et au service de ses concitoyens.

Nous constatons, Monsieur Moustapha DIAKHATE, que vous faîtes preuve de tortuosité intellectuelle, au point de donner à Ehadji Mansor SY la paternité des propos, certes élogieux, de Christine LAGARDE à l’endroit du Président Macky SALL et que lui, Elhadji Mansor SY, a eu humblement la magnanimité de citer. Car pour lui, surtout en cette tribune annoncée de dialogue national, seul ce qui peut unir compte ; parce que le SENEGAL ne mérite pas de querelles de bornes fontaines que, malheureusement, vous affectionnez.

La bonne lecture de cette citation, en cette tribune de dialogue national, est de la comprendre comme une invite pour l’initiateur de cette rencontre à persévérer dans cette démarche conciliatrice de recherche d’un consensus national, pour honorer cette image qui lui prêté par certaines sphères internationales.

Mais hélas, avec des hommes comme vous dans son entourage, prompt à flatter son égo il lui était difficile de décoder le message.

El Hadji Mansor SY, admirateur invétéré de Nelson MANDELA, a de tout temps milité pour la libération des peuples et pour la solidarité avec les luttes pour l’indépendance des pays africains sous le joug colonial. Incarnation de l’intellectuel qui a su s’approprier et assimiler dans une parfaite symbiose les cultures traditionnelle, islamique et européenne, sa présence dans le gotha du FMI et de la banque mondiale fait pâlir de jalousie ceux d’entre vous qui n’aviez pas compris que c’est tout à l’honneur de notre pays.

Le Sénégal, a toujours eu des filles et des fils qui l’honorent et le magnifient dans toutes les instances internationales à l’instar d’Elhadji Mansor SY, remercions-le et rendons-lui hommage pour cela au lieu de tenter de le dénigrer.

* Coordonnateur National du Parrainage de la candidature
d’El Hadji Mansour SY à l’Election Présidentielle 2019.
Membre du Directoire National de BES DU NÃKK
bondiayeben@yahoo.fr

source senego

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp