Ugb : L’option de Cheikh Oumar Hann pour «pacifier» l’espace universitaire

L’Université Gaston Berger (Ugb) de Saint-Louis a reçu, ce lundi 5 août, le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Cheikh Oumar Hann. Venu pour une visite de travail, cette première activité de la tutelle dans ce temple du savoir depuis sa nomination, a été marquée par des séances de travail avec les différents membres de la communauté universitaire et une visite des chantiers en cours de réalisation sur le site.

Sur place, le ministre, accompagné de son équipe, a d’abord fait le point sur la situation actuelle de l’université avec les responsables de l’administration, notamment le recteur et les instances de délibération et d’enseignement. Ils ont fait aussi le tour des questions relatives à la finition des travaux qui sont en cours dans l’enceinte de l’université. Ensuite, Cheikh Oumar Hann s’est entretenu avec les délégués d’étudiants de l’Ugb. Lesquels ont présenté leur plateforme revendicative. A l’issue de ces séances de travail à huit clos, le ministre a visité le rectorat qui a été saccagé par les étudiants, ainsi que tous les chantiers, à savoir : le nouvel amphithéâtre de 500 places, le château d’eau, les pavillons, le laboratoire, entre autres.

Une visite «très satisfaisante»

Et au terme de cette visite, Cheikh Oumar Hann a déclaré à la presse que, pour la séance de travail, la rencontre s’est passée de manière «très satisfaisante». Et en ce qui concerne les chantiers, il dit avoir constaté que les travaux ont atteint un niveau d’exécution. Selon lui, à ce niveau, «il faut tout simplement faire un effort pour réception et faire démarrer les enseignements».

Objectif: «pacifier l’espace universitaire»

Le successeur de Mary Teuw Niane souligne que son ministère a pris l’option de «travailler à renforcer les capacités d’enseignement de l’Ugb». Car, dit-il, à l’université de Saint-Louis, «il y a une situation qu’il faudra améliorer. Résorber un déficit en termes de personnel, de salles d’étude, de bureaux». Et dores déjà, le ministère va, d’ici la reprise des cours, «essayer de rendre fonctionnel» le centre Ousmane Seck. Ce qui permettra, pour lui, d’«aller vers un doublement» des effectifs d’étudiants à orienter.

Vers la création de nouveaux postes

Toujours dans cette optique de renforcement de capacités, le ministre et ses collaborateurs ont pris aussi des engagements allant dans le sens de créer de «nouveaux postes budgétaires» pour les enseignants. Sur ce, il signale qu’il a demandé au rectorat de voir aussi dans son budget comment y participer. A cela, s’ajoute le projet de construction d’un nouveau rectorat moderne, des travaux d’assainissement et le Wifi pour tous, entre autres. Pour le château d’eau, Cheikh Oumar Hann signale que l’ouvrage sera réceptionné en cours d’année.

Quant au Wifi pour tous les étudiants, il a fait savoir que les démarches ont démarré avec l’Adie (Agence de l’informatique de l’Etat : Ndlr) et veillera à ce que cela rentre dans l’ordre à la rentrée universitaire. Concernant les logements d’étudiants, le ministre a annoncé que la réception des 2000 lits au niveau des Centres régionaux des œuvres universitaires et sociales sera aussi effective en début de l’année 2020. A l’en croire, ces projets, à terme, permettront de «pacifier l’espace universitaire». Parlant de sa rencontre avec les étudiants, Cheikh Oumar Hann dit avoir invité les pensionnaires de l’Ugb à «privilégier le dialogue, à travailler avec les autorités universitaires, à poser les problèmes à temps et à comprendre que l’Etat est dans une dynamique de construction». Selon lui, les engagements qui ont été pris sont en train d’être mis en œuvre.

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp