​Thierno Alassane Sall : « L’Artp est mal placée pour donner des leçons aux opérateurs qui sont beaucoup plus performants que l’autorité de régulation »

0 24

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) a infligé des pénalités aux opérateurs téléphoniques pour mauvaise qualité de service, 1 028 466 443 F CFA à l’opérateur de communications électroniques Expresso Sénégal, 2.528.108.092 à Saga Africa Holdings Limited (Free) et 16 727 712 422 à la Sonatel. Thierno Alassane Sall qui s’est prononcé sur la question, est d’avis que « cette sanction devrait être infligée à l’Artp elle-même ».

Interrogé sur ces pénalités, l’invité de Grand Jury sur la Rfm, de ce dimanche 15 décembre a estimé qu’il y a de quoi. « Tous les Sénégalais constatent que la qualité du service des opérateurs est largement perfectible. Si vous faites certains axes nationaux ou certaines routes menant Dakar, la VDN, vous le constatez. Les gens qui vivent à l’intérieur du pays disent qu’à moindre coup de vent, il faut monter sur la terrasse ou sur un arbre pour pouvoir capter le réseau. Il y a de quoi », a-t-il déclaré, précisant que « cela ne date pas d’aujourd’hui ».

Thierno Alassane Sall a rappelé que la première action qu’il a mené lorsqu’il était Dg de l’Artp ( en 2012), c’était de s’attaquer à cette qualité de service en convoquant les principaux opérateurs.

Pour lui, « Si l’Artp avait fait son rôle qui n’est pas de sanctionner mais qui est d’améliorer la qualité de service, parce que toutes ces années perdues avec une qualité de service qui était perfectible, quoi que les opérateurs font des investissements, la 4G est arrivée largement actuellement,  je pense que notre économie aurait gagné mieux, les usagers s’en seraient largement mieux sentis ».

Thierno Alassane Sall a estimé que « cette sanction devrait être infligée à l’Artp elle-même».  Parce que, a-t-il expliqué, « c’était son travail de le faire depuis longtemps. Parce que, aussi le rôle du régulateur, c’était vraiment d’éviter des situations où la sanction est le seul recours. C’est l’amélioration du service continu qui profite finalement à tous, à l’économie, aux usagers ect ».

Mais surtout, a-t-il poursuivi, « l’Artp est mal placée pour donner des leçons aux opérateurs qui sont beaucoup plus performantes que l’autorité de régulation ».

« Ce que coûte aujourd’hui à l’économie des télécommunications au Sénégal, c’est en partie l’Artp. Des milliards de F CFA engloutis dans une structure qui se réveille au bout de 10 ans (…). L’Artp a reçu énormément de ressources des opérateurs, qu’est-ce qu’elle en a fait ? », s’est-il interrogé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.