À la loupe :Pape Malick Ndour : J’espère pour Sonko qu’il bluff si non…

0 11

Connu pour ses sorties souvents virulentes à l’endroit du leader de Pastef en l’occurrence Ousmane Sonko, le non moins ministre de la jeunesse, de l’entrepreunariat et de l’emploi Pape Malick Ndour n’a manqué d’apporter son grain de sel sur la situation sociopolitique fragile que vit le pays présentement. Dans les colonnes du quotidien l’observateur à qui il s’est confié, le natif de Mbadakhoune a sillonné les sujets phares que draine l’actualité du pays notamment : le tristement célèbre procès opposant Ousmane Sonko à l’ex masseuse Adji Sarr, l’incarcération des prisonniers politiques et des journalistes, et le retour annoncé de Sonko sur Dakar à travers la  »caravane de la liberté ». La rédaction de Sénégal 7 vous livre le corps de cet important entretien.

Pape Malick Ndour n’a fait dans la langue de bois lors de cet entretien. En effet, interpellé dès l’entame de l’entretien sur le réquisitoire du procureur dans l’affaire  »sweet beauty », le chaperon rouge de la jeunesse souligne que les uns et les autres devraient souvent s’abstenir d’émettre un commentaire sur les décisions émanant du tribunal vu le caractère sacrosaint de l’institution :<< …tout le monde doit adopter une attitude républicaine en respectant l’independance de la justice et en reconnaissant la legitimité des décisions rendues…>>. L’instant était favorable pour se laver à grande eau contre les dires de personnes qui voient ce procès comme une liquidation politique de Ousmane Sonko. En outre,ce dernier a toujours indexé l’exécutif d’être l’instigateur de ce qu’il appelle  »complot » pour l’empêcher de se présenter à la présidentielle de 2024. Malicieux, Pape Malik Ndour tacle les patriotes :<< Je tiens quand-même à dire à tous ces déçus de la Sonko manie que leur douleur n’est pas légitime qu’ils devraient seulement se ressaisir et passer à autre chose ;c’est à dire venir soutenir l’action de son excellence le président Macky Sall qui est en train de transformer positivement ce pays et à tous les niveaux.>>. Dans la foulée, le ministre de la jeunesse se veut avocat de dame justice prônant le respect des acteurs du droits, incontournables cheville ouvrière de cette agora œuvrant pour l’application des lois. Dénonçant l’attitude de certains groupes d’individus qui mettent en péril ou remettent en question la prépondérance de nos institutions judiciaires, il averti que l’État prendra toutes ses responsabilités pour préserver notre système judiciaire. Même son de cloche pour la liberté d’expression qui selon lui est un droit tant qu’elle ne porte atteinte à l’intégrité des personnes.Évoquant les dérives sur les réseaux sociaux, pape Malick Ndour parle de <<permis d’insultes>> que l’État ne saurait délivrer. Il précise que l’État saura établir l’ordre. À la question des prisonniers dits politiques, le ministre de la jeunesse s’exclame :<< Mais quels prisonniers politiques?pensez-vous sérieusement que les membres de ces groupuscules extrêmements violentes affilié au parti pastef qui passe tout leur temps à ourdir des plans de sabotages des édifices publiques sont des prisonniers politiques…>>. Furieux, il met l’accent sur les divers dégâts des manifestants qui touchent leurs concitoyens et interpelle la justice pour que les responsabilités soient situées. Très en verve également également contre les droits de l’hommistes qu’il qualifie de  »société si vile » ,le ministre condamne le mutisme de ces derniers lorsqu’il s’agit d’attaques ou destructions des biens des membres de la mouvance présidentielle. Le ministre de la jeunesse ne pouvait sillonner le panorama de la vie politique actuelle sans aborder le grand retour de l’opposant Ousmane Sonko à Dakar. Absent de son procès, le leader du Pastef a annoncé hier mercredi son arrivé à Dakar après deux semaines d’absence. Droit dans ses bottes, il soutient mordicus qu’il est temps que les senegalais se penchent sur la personnalité de l’homme qu’il compare à Icare pour son goût démesurée pour le pouvoir. Pape Malick persiste en invitant le caractère égocentrique et ethniciste de Ousmane Sonko qu’il traite de suicidaire avant de conclure fermement :<<ma conviction est que c’est la bataille finale, contre son extrémisme politique qui sera livrée à Dakar et non le contraire…il a été abandonné par beaucoup de ceux qui l’admirait hier et il devra affronter les conséquences désastreuses de ses actes.>>

Sara Jupiter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.