Alioune Badara Ly, maire de Koungheul : « Macky est bien éligible à un autre mandat, nous travaillons à sa réélection en 2024 »

0 9

Le nouveau maire « apériste » de la commune de Koungheul (région de Kaffrine) sort du bois. Dans cet entretien accordé à Vox Populi, Alioune Badara LY se prononce sur des sujets de l’heure. Le Directeur des Paysages urbains et des espaces publics (DPUEP) au ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique – qui croit dur comme fer que son mentor politique est bien éligible pour un autre mandat de 5 ans – dit travailler, dès à présent, à sa réélection en 2024, à travers la mise sur pied d’un mouvement dénommé « Macky Moo Woor ».

Monsieur Ly, vous êtes le nouveau maire de Koungheul à la faveur des dernières élections locales. Quelles sont vos ambitions pour la commune précitée ?

Mes ambitions pour Koungheul, c’est de répondre efficacement aux nombreuses attentes des populations. Nous allons faire en sorte que cette localité que nous aimons tant, réponde à son statut de commune chef-lieu de département. Les femmes seront accompagnées avec des projets structurants pour leur autonomisation. Les jeunes ne seront pas en reste. Nous allons soutenir leur employabilité par des sessions de formation dans des métiers d’avenir.

Quelles sont les doléances les plus prégnantes au niveau de votre localité ?

Nous avons hérité d’une commune laissée à elle-même. Tout est y presque priorité : adduction d’eau, éclairage public, relèvement du plateau sanitaire, amélioration de la voirie urbaine, réhabilitation du marché central, réalisation de la Place de l’Indépendance, reconstruction de certains établissements scolaires. Le réseau d’assainissement sera aussi densifié et amélioré, parce qu’il a trop souffert de défaut d’entretien. A cela s’ajoute un endettement exponentiel avec le non-paiement de factures d’eau et d’électricité au niveau du siège de la maire. Nous disons que la gestion des affaires municipales a été des plus calamiteuses sous l’équipe sortante.

Les élections législatives pointent à l’horizon. Vous en êtes où dans les préparatifs ?

Pour les prochaines élections législatives, je dois dire que je m’alignerai derrière les candidats désignés par le président de la République, son Excellence monsieur Macky Sall. Je demande à tout le monde d’en faire de même, car mon objectif, c’est de faire gagner la coalition présidentielle, le Benno Bokk Yakaar, avec un score de plus de 80% à l’échelle départementale. Pour y parvenir, nous avons commencé à mettre en branle notre machine électorale. Moi, personnellement, j’ai pris mon bâton de pèlerin pour aller rencontrer les principaux responsables de listes dissidentes. Je les ai fait, déjà, revenir dans les rangs. Aucun responsable ne sera laissé en rade. Nous appelons à une dynamique d’ensemble pour le triomphe de la cause présidentielle.

Et les parrainages, vous y êtes ?

En 2019, nous étions les premiers à remettre 12 000 parrains pour le Président Macky Sall. Pour les députations, nous sommes en train de faire carton plein avec un jet de 5000 parrains dont 3640 ont été déjà remis à notre Délégué régional pour les parrainages, en l’occurrence, le ministre Abdoulaye Saydou Sow. 3500 autres parrains déjà recueillis, seront incessamment remis.

Pensez-vous que la reconquête de Dakar sera chose facile ?

Nous sommes très optimistes. Moi, je suis de Koungheul, mais j’ai une base affective à Dakar. Nous allons tous mettre à contribution nos connaissances, nos relations, pour reconquérir la capitale sénégalaise et la remettre entre les mains du président de la République. D’ailleurs, c’est tout le sens de la création de notre structure, le mouvement « Macky Moo Woor ». Avec cette entité, nous ambitionnons de récupérer Dakar et Ziguinchor.

Mais, l’opposition agite, depuis quelque temps, la question de la cohabitation…

Ces responsables de l’opposition semblent être dans un autre monde, dans une autre planète. Ils sont en train de rêver debout. Cela est impossible, car le Président Macky est largement majoritaire au Sénégal. D’ailleurs, les dernières élections locales le confirment à suffisance. Sur 46 départements, il a raflé les 43. Pourquoi donc parler de cohabitation ? Ces gens-là rêvent debout. Ils disent des balivernes et d’autres histoires à dormir debout.

La question du 3e mandat est également souvent agitée. Qu’en pensez-vous ?

Cela est un simple jeu de l’opposition. Le Président Macky Sall est bien éligible pour un autre mandat de 5 ans. Personne ne peut dire le contraire. D’ailleurs, nous travaillons, dès à présent, à sa réélection en 2024. Il a un bilan bâti sur de l’or massif et qui peut militer en sa faveur. N’en déplaise à ses détracteurs. Pour ce faire, comme pour sa réélection en 2019, nous allons mettre sur pied l’IRM/2024 (Initiative pour la réélection de Macky en 2024). Nous ne prendrons pas le risque de confier les destinées de notre chère nation à des aventuriers. Il faut que le Président Macky reste. C’est une demande sociale.

Vous trônez à la tête de la direction des Paysages urbains et des espaces publics. Quelles sont vos ambitions ?

Depuis mai 2021, nous sommes à la tête de cette direction. Nous ne cessons de participer à la transformation de Dakar à travers l’aménagement des paysages et des espaces publics comme les ronds-points. Dans un contexte de dérèglement climatique, le Sénégal est en train de travailler pour apporter des corrections par rapport à ces aléas. L’ambitieux programme Villes vertes et Employabilité des jeunes permet d’aboutir à des villes durables où l’écosystème sera bien pris en compte au niveau de la donne urbaine. Nous allons aussi apporter une réponse idoine à l’employabilité des jeunes avec une haute intensité de main d’œuvre. Ceci est, ainsi, en parfaite symbiose avec « Xéyu Ndaw Yi » décliné par son Excellence monsieur le président de la République, Macky Sall.

VoxPopuli

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.