Aminata Touré sur le parrainage : « La Cour de justice de la CEDEAO doit prendre des décisions conformes… »

0 12

La coordinatrice des parrainages de la coalition Benno Bokk Yaakar, Aminata Touré, a reçu, hier, des mains du président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle 60 mille parrains pour les prochaines élections législatives du 31 juillet 2022. Lors de cette rencontre, Aminata Touré a été interpellée sur la décision de la Cour de justice de la CEDEAO qui a condamné l’État du Sénégal et lui a ordonné de supprimer cette disposition de notre Code électoral. En réponse à cette interpellation, Mimi Touré a déclaré : « on ne peut pas imaginer une démocratie sans qu’il ait de filtre. Ceux qui critiquent la loi sont sur le terrain. On les voit tous les jours et vous les verrez tous le jour du dépôt, remettre leurs parrainages.

On sait ce que c’est un moyen de renforcer notre démocratie en l’organisant. Une démocratie qui n’est pas organisée vire à l’anarchie ». Poursuivant ses explications, elle a soutenu : « C’est l’occasion de dire à la Cour de la CEDEAO, il faut que ses décisions soient conformes à la réalité. Ça fait partie de notre corpus électoral. Ce n’est qu’un échantillon ». Toutefois, précise-t-elle, la Cour de justice de la CEDEAO est une Cour que nous reconnaissons, qui fait partie de notre dispositif juridique communautaire.

Mais, il faut qu’elle comprenne qu’il y a un aspect pratique des élections. « Il faut que sa décision soit en conformité avec sa mise en œuvre possible. Il ne peut pas exister et il n’existe plus, dans aucune démocratie des élections sans un système de filtre minimal. La loi Sénégalaise définit un parrainage ouvert. Je pense que si un parti n’arrive pas à collecter parce qu’il n’a pas suffisamment de militants, il peut se mettre en coalition. Une démocratie s’organise sinon elle vire à l’anarchie », insiste Aminata Touré dont les propos sont repris par Emedia.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.