Accueil Buzz Aveux : “Comment j’ai poignardé Cheikhouna et caché le couteau dans…”

Aveux : “Comment j’ai poignardé Cheikhouna et caché le couteau dans…”

Le meurtre du collégien de 17 ans Cheikhouna Diop par son camarade d’école Ass Samb 16ans, continue d’occuper les sujets de discussion à Yeumbeul, dans la banlieue lointaine.

La bataille qui a viré à l’irréparable s’est produite Vendredi passé au niveau du Cdeps de Yeumbeul. Mais la fugue du présumer meurtrier n’a duré que quelques minutes. Ass a été vite appréhendé par un policier qui était de passage à La mairie de Yeumbeul Nord (pour régler quelques affaires), et remis aux hommes du commissaire Ibrahima Diouf.

Toutefois, dans un premier le mis en cause a tenté de flouer les enquêteurs, arguant que c’est son défunt protagoniste qui avait le couteau. Mais mis au feu roulant des questions des hommes du commissaire Diouf, le collégien finira par lâcher le morceau.

Ass a affirmé aux policiers que c’est lui qui détenait le couteau et qu’il l’avait gardé dans son sac, afin de solder ses comptes avec son ex camarade d’école. Humilié par sa victime lors d’une rixe, après un match de foot Ball le Samedi 29 Décembre au terrain «Marin», Ass décide de laver son honneur, après la claque qu’il a reçu. «Une fois chez moi, j’ai dissimulé l’arme dans mon sac. C’est un couteau que j’avais ramassé et gardé par devers moi», a-t-il expliqué.

Le Vendredi dernier (jour du crime), Ass, accompagné par un de ses amis, est allé attendre sa future victime au niveau du Cdeps de Yeumbeul. Selon nos informateurs, lorsque Cheikhouna est arrivé, ils engagent la bataille. Mais son ami détale vite, après avoir reçu une pierre. Cheikhouna et Ass poursuivent leur «combat». Il poignarde Cheikhouna au niveau de la région du cœur et force à enlever le couteau. Sentant qu’il a franchi la ligne rouge, il se réfugie dans une pièce du Cdeps et laisse Cheikhouna se vider de son sang. Il succombera à ses blessures au cours de son évacuation à l’hôpital.

Hier, une foule immense composée d’élèves du Cem Momar Mareme Diopou étudiaient les deux enfants, a envahie le commissariat d’arrondissement de Yeumbeul, au moment du déferrement du présumer meurtrier. L’atmosphère était lourde. La tristesse et l’émoi étaient les choses les mieux partagés. Il y’avait de la colère aussi.

A GUÉDIAWAYE LES ÉLÈVES RÉCLAMENT JUSTICE POUR LEUR CAMARADE IBRAHIMA KANE

Les élèves de différents établissements scolaires de Guédiawaye sont sortis en masse dans les rues. Ils ont organisé une marche pacifique pour exiger justice pour leur camarade Ibrahima Kane élève au Lycée de Pikine-Est, tué par des agresseurs dans la nuit du 31 Décembre dernier au rond-point Liberté 5.

« Nous sommes troublés suite à l’agression barbare sur Ibrahima Kane. Nous réclamons que justice soit faite dans toute sa rigueur. Nous voulons aussi que les autorités veillent sur notre sécurité » implore Djiby Sy élève en classe de Terminale S 2 au Lycée de Pikine Est A.

Les élèves ont remis leur mémorandum à l’adjoint du Sous-Préfet de Guédiawaye, qui a promis de le transmettre à la hiérarchie.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici