Cameroun – Élection à la Fecafoot : Samuel Eto’o dépose sa candidature et avertit

0 11

La légende du football camerounais, déclaré candidat à la présidence de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) de décembre prochain, à déposé sa candidature ce mercredi 17 novembre 2021 au siège de l’instance dirigeante du football camerounais. Cependant, après son dépôt de candidature, Samuel Eto’o Filsa lancé un avertissement àSeydou Mbombo Njoya, rapporte actucameroun.com.

Selon actucameroun.com, le siège de la Fecafoot était en ébullition lors de l’arrivée de Samuel Eto’o Fils dans le cadre du dépôt de sa candidature au poste de président de l’instance dirigeante du football camerounais. Declaré candidat a la prés8dence de la Fecafoot le 21 septembre dernier, l’ancien capitaine des Lions Indomptables l’a officialisé ce 17 novembre en déposant son dossier au siège de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot) à Tsinga (Yaoundé), rapporte la source.

L’ancien joueur du FC Barcelone est le premier candidat à annoncer le dépôt de son dossier. Il sera probablement suivi par d’autres candidats dans les prochains jours. La date limite de dépôt des dossiers étant fixée au 18 novembre selon les textes de la Fecafoot. L’un de ses potentiels challengers serait l’actuel président par intérim de la Fecafoot, Seidou Mbombo Njoya, qui ne s’est toujours pas porté candidat. Concernant ce dernier, le triple vainqueur de la Ligue des Champions, avec le Barça (2 fois) et l’inter de Milan(1 fois), avertit. « Pendant la dernière réunion qu’ils ont tenu à Douala tout à l’heure, ils ont dit qu’ils allaient guillotiner tous ceux qui ont eu le courage de me donner leur parrainage, ils ont crié partout qu’ils avaient des voix, mais de quoi ont-ils peur ? », s’est interrogé le champion olympique 2000avec les Lions Indomptables, avant de faire par la suite, une véritable mise en garde. « Mais qu’ils sachent, si l’un des camerounais qui a bien voulu me donner son parrainage est éliminé je viendrai à ce siège avec toute cette foule qui me suit et même celle des autres régions pour les déloger. Et s’il faille que j’amène notre gouvernement à le faire je le ferai », a-t-il poursuivi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.