Campagne électorale : La Cosydep invite à protéger les apprenants

0 22

Les dates du Baccalauréat général et du Brevet de fin d’études moyennes (BFEM) coïncidant cette année avec la campagne pour les élections législatives du 31 juillet, la Coalition des organisations pour la défense de l’éducation publique (COSYDEP) invite les acteurs concernés à travailler à maintenir un climat de quiétude autour des apprenants et des lieux d’apprentissage.

« C’est (…) un moment où les élèves ont besoin de paix et de quiétude pour se concentrer sur leurs tâches pour des résultats probants, et les acteurs doivent penser aux intérêts des enfants porteurs d’avenir », peut-on lire dans une déclaration du COSYDEP parvenue mardi à l’APS.

Elle fait allusion au fait que cette année, « le moment des évaluations de fin d’années coïncide avec les élections législatives qui sont l’occasion de manifestations, d’animation et d’autres activités qui génèrent des risques de violences » n’épargnant « pas les lieux d’apprentissage ».

Aussi la COSYDEP estime que les débats, discours et autres actes politiques devraient contribuer à renforcer la paix et la sécurité requises en matière d’éducation, tout en respectant la neutralité politique de l’institution scolaire.

Elle note en outre que « les six millions d’apprenants en quête de perspectives nourrissent des attentes fortes à l’endroit des politiques sur leur vision et leurs ambitions pour le secteur ».

Dans cette déclaration rendue publique au terme de la dernière réunion ordinaire de son conseil d’administration de la fin de l’année scolaire 2021-2022, la COSYDEP fait observer que « la présente année arrive à son dénouement après plusieurs soubresauts ».

« Des efforts salutaires, consentis par les acteurs et partenaires, ont suscité un immense espoir chez les élèves, leurs parents et les enseignants. Le mois de juillet qui est celui des évaluations et des élections législatives, boucle officiellement les activités avec des défis à considérer », souligne-t-elle dans cette déclaration.

Parmi ces « défis », elle cite « le processus des élections législatives qui fait l’objet d’appréhension de risques de troubles, la problématique du recrutement des enseignants, la résurgence de la violence en milieu scolaire et les exigences d’une utilisation optimale des vacances scolaires ».

Concernant la problématique du recrutement des enseignants, la COSYDEP souhaite « une planification rigoureuse dans la dotation du système en enseignants bien formés et en nombre suffisant », étant entendu qu’à ses yeux, le recrutement des 5 000 enseignants en 2020 relevait à ses yeux d’une « mesure exceptionnelle ».

La Coalition des organisations pour la défense de l’éducation publique a également exhorté les autorités scolaires à revoir la situation des enseignants décisionnaires ou mis en position de stage, ainsi que le processus de recrutement des élèves-maîtres pour que la formation puisse se faire d’octobre à juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.