Accueil Sports Can2019 : Aliou Cissé a-t-il démystifié les « sorciers blancs » ?

Can2019 : Aliou Cissé a-t-il démystifié les « sorciers blancs » ?

Les pays africains, dans leur majorité, se sont jusque-là habitués à recruter des « blancs » pour coacher leurs équipes nationales de football, après la première qualification des lions de la téranga en finale de la CAN en 2002 avec le français Bruno Metsu. Aujourd’hui, le mythe du « sorcier blanc » semble brisé avec l’expansion d’entraîneurs africains qui font des exploits à la tête des formations africaines.
Plusieurs exemples en constituent des valeurs illustratives. En effet, l’équipe nationale du Sénégal vient de se qualifier pour la deuxième fois de son histoire en phase finale de Coupe d’Afrique des Nations 2019 avec le sénégalais Aliou Cissé « le sorcier noir à la chemise blanche » comme l’a décrit son ancien co-équipier Diomansy Kamara.
Un autre exemple, le Nigérian Stéphen Késhi a fait ses preuves en qualifiant à la surprise générale le Togo pour la phase finale de la Coupe du monde 2006. Il a mené les supers eagles du Nigéria à la victoire lors de la CAN 2013. Il est le deuxième Africain à remporter le trophée continental en tant que joueur et entraîneur, après l’Égyptien Mahmoud El-Gohary et Hassan Shehata. Ce dernier a offert la victoire finale à l’Egypte aux CAN 2006 et 2008. Des exemples suffisants pour pousser les africains à croire et mettre en valeur leur potentiel.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici