Accueil Société Casamance : les militaires démentent avoir eu un accrochage avec des individus...

Casamance : les militaires démentent avoir eu un accrochage avec des individus armés

L’armée sénégalaise n’a eu aucun accrochage avec des individus armés dans le ‘’front sud’’ de la Casamance (sud), a soutenu mardi le colonel Souleymane Kandé, le commandant de la zone militaire 5, qui dément une information publiée par plusieurs médias.

« Lundi en début d’après-midi, des militaires du poste du village de Camaracounda ont reçu une alerte sur la présence d’éléments armés dans la zone. Les militaires se sont rendus dans la zone indiquée pour faire des tirs de reconnaissance, mais il n’y avait rien du tout », a-t-il expliqué.

« Il n’y a jamais eu de présence d’éléments armés, encore moins de confrontation. C’est totalement faux », a-t-il argué dans un entretien avec l’APS.

Le chef militaire soutient qu’ »aucun villageois n’a jamais vu un seul élément armé dans la zone ».

« J’ai vu des articles dans certains médias qui parlent même de morts. Ce sont des élucubrations intellectuelles. Le Boutoupa Camaracounda est totalement sécurisé, avec la mise en place de plusieurs postes militaires avancés jusque sur la ligne frontalière avec la Guinée-Bissau », a insisté le commandant de la zone militaire 5.

« En ma qualité d’expert en opération constamment sur le terrain, a poursuivi Souleymane Kandé, aucune exaction sur les populations ne peut survenir dans cette zone. C’est (…) impossible. Il n’existe plus dans la zone aucune trace des bases du MFDC », le Mouvement des forces démocratiques de Casamance, a-t-il martelé.

Le responsable militaire affirme que « toutes les bases du MFDC conquises par l’armée nationale ont été transformées en postes avancés ».

« Tout au long de la frontière, nous avons mis des postes avancés. Comment des individus armés osent-ils s’y aventurer, de surcroit en plein jour ? », s’est-il interrogé.

« Ce qui est possible, c’est de venir dans un village, voler une chèvre ou piller une boutique avant de se faufiler dans la nature comme cela arrive à Dakar (ouest) ou à Diourbel (centre). Les bandes armées qui sèment la terreur dans cette zone-là, c’est fini. La zone est totalement sous contrôle militaire », a assuré le commandant de la zone militaire 5.

Au début de l’année, l’armée sénégalaise avait mené des opérations de sécurisation dans plusieurs parties de la Casamance, où les indépendantistes du MFDC avaient élu domicile.

Les opérations ont permis aux populations déplacées de regagner leur zone d’habitation. Elles ont également permis à l’armée de « neutraliser » les bandes armées et de mettre fin à divers trafics illicites.

Le MFDC s’active depuis près de quarante ans en Casamance, constituée des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor, dont il réclame l’indépendance.

Le 9 janvier, l’armée sénégalaise a déclaré avoir pris possession des quatre dernières bases des rebelles, dans le « front sud », à la frontière avec la Guinée-Bissau, après une dizaine de jours d’intervention.

Il s’agit des bases de Bamoune-Bilass, de Boussoloum, de Badiong et de Sikoune, selon le colonel Souleymane Kandé.

APS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici