Des soldats ivoiriens pris en otage à Bamako: les analyses du journaliste André Silver Konan

0 8

Selon André Silver Konan, journaliste et analyste politique ivoirien, la Côte d’Ivoire pourrait mettre la pression sur le pouvoir malien afin d’obtenir la libération des 46 militaires maintenus en captivité depuis deux mois déjà.

Cette pression pourrait se faire à travers la suspension de la fourniture d’électricité au Mali, la fermeture des ports d’Abidjan et de San Pedro aux camions maliens. Sans oublier la suspension de la fourniture des carburants et autres produits pétroliers.

« Si ces décisions sont prises, alors il faudra comprendre que la Côte d’Ivoire décide de riposter à la première action faite par le Mali. Ça sera une riposte. Parce que l’arrestation des militaires ivoiriens, quand bien même qu’il y a eu des manquements au niveau des procédures, tout le monde aujourd’hui s’accorde, aussi bien au Mali qu’en Côte d’Ivoire qu’il ne s’agit pas de mercenaires », a-t-il expliqué.

L’analyste ajoute que si de telles décisions sont prises, le Mali aura le choix entre libérer les 46 militaires ou passer également à la riposte en prenant aussi des sanctions contre la Côte d’Ivoire.

« Le Mali pourrait maintenir les soldats détenus ou passer à d’autres ripostes comme convoquer l’ambassadeur de la Côte d’Ivoire, fermer ses frontières aussi à la Côte d’Ivoire de sorte que les approvisionnements venant de là-bas en matière de bétail notamment ne viennent pas. Mais ça peut être aussi une action d’escalade », poursuit-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.