Égypte : 15 années de prison pour le suicide d’une jeune fille harcelée sur internet

0 16

En Égypte, la cour d’assises de Tanta dans le Delta a condamné à 15 années de prison trois jeunes gens jugés coupables de « chantage électronique ayant entraîné la mort » après le suicide d’une jeune fille harcelée sur les réseaux sociaux. Deux autres jeunes gens ont écopé de 5 ans de prison dans le cadre du même procès. Le jugement est sans précédent. D’abord, le chef d’accusation « chantage électronique » est une nouveauté. La peine pour avoir provoqué un suicide est également nouvelle. Une peine qui se veut exemplaire par sa lourdeur : 15 années incompressibles de prison.

L’affaire remonte au début de l’année quand les réseaux sociaux s’étaient émus du suicide d’une jeune fille dans un village du Delta. Selon les réseaux, la jeune fille avait refusé de se donner à des jeunes gens qui se sont vengés en publiant des photos retouchées d’elle sur la toile. Un déshonneur insupportable dans une société conservatrice et machiste.

Cette levée de boucliers sur la toile a provoqué une réaction en chaîne qui a abouti à l’ouverture d’une enquête avec des moyens jusque-là officiellement réservés à la lutte antiterroriste sur internet. Six jeunes ont été accusés. En mars, un mineur âgé de moins de 16 ans avait été condamné à cinq ans de prison par le tribunal pour enfants. Tous les condamnés peuvent faire appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.