Accueil Actualités Histoires de fantômes et rituels sataniques: le mystérieux palais d’un baron belge...

Histoires de fantômes et rituels sataniques: le mystérieux palais d’un baron belge au Caire

7
0

Le palais du Baron Empain au Caire, la capitale égyptienne, a été restauré avec soin pour retrouver toute sa splendeur d’autrefois. Cet impressionnant bâtiment est sorti de terre il y a plus de cent ans sur ordre d’un riche Belge avant de tomber en ruine après sa mort. Un mystérieux palais au sujet duquel des histoires de fantômes ont circulé et qui fut aussi le théâtre de rituels sataniques. Désormais, les fantômes du passé devraient être enterrés pour de bon.

Édouard Louis Joseph Empain (1852-1929), fondateur de la célèbre dynastie industrielle, était passionné par l’Égypte. Il a participé à la modernisation du pays et c’est d’ailleurs à lui que l’on doit la création de la ville nouvelle d’Heliopolis avec ses bâtiments inspirés de diverses architectures du monde entier et son réseau de tramways électriques. Ce qui lui a valu une nouvelle reconnaissance internationale après avoir notamment construit le métro parisien.

Celui qui fut anobli par Léopold II en 1907 s’est fait construire un majestueux palais dans “sa” ville égyptienne, qui est aujourd’hui l’un des districts du Caire, la capitale. Le palais du Baron Empain, surnommé la “Villa hindoue”, s’élevait au milieu des larges avenues verdoyantes et des nombreuses villas du quartier, lequel, outre un terrain de golf et un hippodrome, disposait également de son propre aéroport. Excusez du peu.

Terrain de jeu pour les vandales et refuge pour les chauves-souris

Inspiré par les temples d’Angkor Vat au Cambodge et par des temples hindous, le palais du Baron Empain est impressionnant par la richesse de ses ornementations: singes, éléphants, lions et serpents, statues de Bouddha, Shiva, Krishna et autres divinités hindoues.

Le baron y a lui-même vécu un certain temps avant de laisser la place à des membres de sa famille. Mais à sa mort, le bâtiment est resté à l’abandon, tombant presque en ruine. En 1959, la famille Empain l’a vendu et il a ensuite changé de mains à plusieurs reprises. Délabré, le palais était devenu un terrain de jeu pour les vandales et un refuge pour les chauves-souris. C’est aussi à cette époque que des choses étranges le concernant ont été signalées.

L’on affirmait ainsi qu’il était hanté et que des tunnels secrets avaient été creusés sous le palais. “N’importe quoi”, répond Abou Rami, qui travaille dans le quartier et y vit depuis plus de vingt ans, à ABC News. “Ce sont des rumeurs propagées par des étrangers. C’est toujours calme ici.”

Rituels sataniques

Quoiqu’il en soit, le palais est devenu une attraction à part entière. Selon Basma Selim, une restauratrice du coin, il a même été visité dans les années 90 par des satanistes qui y pratiquaient leurs rituels. “Ils ont plâtré les murs avec des crânes noirs et des croix gammées”, dit-elle.

Ces histoires appartiennent désormais au passé. L’État égyptien a acheté le bâtiment en 2005 et a conclu un accord avec la Belgique pour le restaurer et en faire un centre culturel international. Les rénovations, qui ont coûté quelque dix millions d’euros, se sont achevées récemment et le palais, qui a retrouvé son lustre d’antan, a rouvert ses majestueuses portes ce mardi. Le résultat est impressionnant, comme vous pouvez le constater sur les photos ci-dessous.

Rénovations en 2018.

Rénovations en 2018. © AP

Le palais en 2010.

Le palais en 2010. © BELGA

© REUTERS

En 2019.

En 2019. © AFP

Le palais rénové, le 30 juin 2020.

Le palais rénové, le 30 juin 2020. © EPA

© AFP

© EPA

© EPA

© EPA

© EPA

© EPA

© EPA

© AP

© AP

© AP

© AP

© AP

© AP

© AP

7sur7.be

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici