Ils risquent la prison pour avoir assisté à un enterrement

0 9

En Sicile, quarante-huit personnes ont été interpellées par les carabiniers pour avoir participé à des funérailles ce mardi alors que tout rassemblement est désormais interdit dans le pays frappé de plein fouet par l’épidémie de Covid-19.

L’Italie est devenue depuis lundi soir le premier pays au monde à voir l’ensemble de sa population placée en quarantaine depuis l’apparition du nouveau coronavirus en Chine en décembre. Le gouvernement de Giuseppe Conte a en effet étendu par décret à tout le pays les mesures exceptionnelles de confinement de millions d’Italiens vivant dans le nord, la zone la plus touchée par le virus.

La Sicile, bien qu’étant une île, ne fait pas exception à cette nouvelle règle en vigueur. Tous les rassemblements de personnes dans des lieux publics ou ouverts au public y sont désormais interdits. C’est le cas notamment des enterrements.

Pourtant, quelque dizaines de personnes ont malgré tout bravé l’interdiction à leurs dépens et ont suivi un cortège funèbre dans les rues de Porto Empedocle, une petite ville proche d’Agrigente, au sud-ouest de l’île. Ce qui n’a pas échappé à des passants qui ne se sont pas fait prier pour les dénoncer aux carabiniers, lesquels ont ensuite interpellé quarante-huit personnes au total. Selon les médias italiens, le parquet d’Agrigente va engager des poursuites pénales contre les contrevenants qui risquent jusqu’à trois mois de prison et une amende de 206 euros.

La Sicile n’a pour le moment enregistré qu’une cinquantaine de malades de coronavirus et aucun mort, tandis que l’Italie dans son ensemble a dépassé les 9.000 cas dont 463 morts, selon des chiffres officiels communiqués lundi.

7sur7.be
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.