Kaffrine : La cinglante réponse de Pastef à Abdoulaye Sow

0 17

La cellule communication de Pastef Kaffrine s’est rendue d’un communiqué pour apporter une cinglante réplique au ministre Abdoulaye Saydou Sow qui a récemment tenu un point de presse à côté de Farba Ngom.

Voici l’intégralité du communiqué paru sur Jotna Média !

« Depuis quelques moments, Monsieur Abdoulaye Saydou Sow se livre à des numéros de « striptease communicationnel » dont l’unique objectif est de chercher à séduire le Président Macky Sall afin d’être reconduit à un poste de ministre ou de conseiller. Alors, il se mue en activiste digne des pires manipulateurs sombres du régime en dégringolade pour s’attaquer de manière honteuse au Président Ousmane Sonko, challenger de Macky de qui il tient le mangeoire du transhumant. Bien évidemment un exercice qu’il s’est essayé dans sa dernière comique prestation. Cet énergumène, habitué à mentir pour assouvir ses intérêts cryptopersonnels, mérite alors d’être remis à sa place.

D’emblée, nous tenons à souligner à Monsieur Abdoulaye Saydou Sow, qui fait la grande gueule depuis qu’il est nommé ministre car se croyant renaitre d’entre les cuisses de Jupiter, que le Président Ousmane Sonko n’est pas son égal à tout point de vue; que ça soit sur le plan intellectuel, sur le plan politique et sur le plan moral. En effet, quand Sonko exerçait en tant qu’inspecteur des Impôts en 2002, lui A2S était en train d’être initié à la rédaction et gestion de courriers administratifs. Quand le Président Ousmane SONKO sortait troisième de l’élection présidentielle de 2019, pendant ce temps le nouveau fou du Roi cherchait une nomination ministérielle. Aujourd’hui, quand Ousmane SONKO arbore fièrement son manteau d’homme de principes, de valeurs, espoir de tout un peuple, lui vagabonde honteusement avec sa vulgaire casquette de transhumant en quête de reconnaissance auprès de ses nouveaux maîtres. Pour reprendre les jeunes de Kaffrine « Laye Sow, SONKO sa baye leu ».

Sur la ridicule conférence de presse de FARBANK (Farba Ngom) et LAYE TRANSHUMANT, il est nécessaire de préciser qu’ils n’ont raconté que des mensonges.

D’abord, Abdoulaye Saydou Sow a difficilement tenté de soutenir que le Sénégal s’est souverainement engagé au Mali sans la moindre influence de la France. Ce qui est bien évidemment faux car la France a bel et bien joué un rôle actif et de premier plan dans la mise en place de la Mission de la CEDEAO au Mali (MICEMA) finalement déployée sous le nom de Mission Internationale de Soutien au Mali (MISMA) portée par l’Union africaine. En effet, nous rappelons à Abdoulaye Saydou Sow, qu’à la suite du coup d’Etat au Mali du 22 mars 2012, il s’est tenu un sommet de la CEDEAO le 02 avril 2012, à Dakar (le deuxième après celui du 29 mars tenu à Abidjan où les Chefs d’Etats avaient menacé la junte d’une intervention militaire pour rétablir l’ordre constitutionnel). A ce sommet de Dakar, étaient présents notamment, le Burkinabé Blaise Compaoré, médiateur de la CEDEAO sur la crise malienne, le Béninois Yayi Boni, président en exercice à l’époque de l’Union africaine (UA), Saïd Djinnit, représentant de l’ONU en Afrique de l’Ouest et Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères. La seule présence d’Alain Juppé, seule personnalité non membre de la CEDEAO et non représentant d’une organisation internationale, est révélatrice de l’influence que la France exerce sur la mise en place de la MICEMA. Mieux encore, c’est la France qui a proposé la résolution 2071 adoptée le 12 octobre par le Conseil de Sécurité de l’ONU, donnant notamment 45 jours à la CEDEAO et à l’UA pour préciser les modalités de leur intervention. Aujourd’hui c’est une évidence que les récentes sanctions prises contre le Mali par la CEDEAO et honteusement appliquées par le Sénégal ont été dictées par la France.

Ensuite, comme il sait bien le faire, Abdoulaye Saydou Sow a versé dans un exercice de manipulation sur l’armée nationale. Hélas, peine perdue pour lui car les sénégalais ont suivi et bien apprécié la déclaration de presse de Ousmane SONKO, particulièrement son soutien au peuple malien. Inutile de préciser que le leader de PASTEF les Patriotes s’est adressé à Macky Sall, Président de la République et chef suprême des armées qui prend les décisions d’engagement ou de désengagement de l’armée nationale. C’est l’attitude de celui-ci qu’il a fustigé et non celle de nos valeureux Jambars. En réalité, c’est plutôt Macky Sall qui laisse ses ministres insulter notre armée nationale à travers les sordides affaires de forces occultes de mars 2021 et de rebelles venus de la Casamance traversant tout le pays et se seraient baladés au cœur de la capitale, le 08 juin passé.

Pour terminer sa prestation comme se le doit une stripteaseuse aguerrie à la tâche, Abdoulaye Saydou Sow a le culot de nous servir la fameuse affaire Adji Sarr. Mais point pour nous d’épiloguer sur cette affaire déjà réglée par le peuple sénégalais. Juste nous précisons à Macky Sall et à Benno Bokk Yaakar que personne, et nous disons bien PERSONNE, ne peux empêcher le Président Ousmane SONKO de participer à l’élection présidentielle de 2024 (Inchallah). Et si Macky Sall tient à terminer son second et dernier mandat, qu’il ne tente point à faire arrêter et condamner le Président Ousmane SONKO, car nous sommes déterminés à le protéger et le projet qu’il incarne au prix de nos vies.

En fin, nous soulignons qu’Abdoulaye Saydou Sow, qui se prévaut d’une légitimité populaire, est en réalité en train de perdre Kaffrine au profit de l’opposition particulièrement PASTEF. En effet, aux élections législatives, la coalition BBY avec ses 33 007 voix sur 53 627 suffrages valablement exprimés se retrouve avec 61,5%, malgré les milliards détournés et distribués un peu partout dans le département. Jamais un parti au pouvoir n’a obtenu un si faible score en de pareilles élections à Kaffrine. La coalition au pouvoir n’arrive plus à atteindre son score de 71% obtenu à l’élection présidentielle de 2019. Leur score s’effrite d’élection en élection. Entre la présidentielle de 2019 et les législatives de 2022, ils ont perdu pratiquement 10 points de pourcentage (71% – 61%) et 5867 voix ( 38 874 – 33 007) au profit de l’opposition.

Alors nous appelons les militants et sympathisants à continuer le travail remarquable de déconstruction des mensonges de Abdoulaye Saydou Sow et à implanter davantage le parti partout dans le département afin de rendre Benno Bokk Yaakar inexistant en 2024 et ainsi porter l’estocade à ce régime finissant de Macky Sall.

Chers frères et sœurs patriotes kaffrinois, désormais que rien ne nous divertisse et comme l’a dit le Président Ousmane SONKO, FOCUS SUR 2024.

Vive PASTEF
Vive le Sénégal
Focus2024

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.