Kaolack : Célébration de La Journée mondiale de L’hypertension artérielle : Le Service de cardiologie détecte 66% d’hypertendus de Janvier à nos jours

0 5

A l’instar de la communauté internationale et nationale, la région kaolack a célébré ce mardi 17 mai la journée mondiale de l’hypertension artérielle sous le thème : « Mesurer sa pression artérielle, la contrôler, vivre longtemps. En effet le service de la cardiologie du centre hospitalier régional El hadji Ibrahima Niass révèle que 66% des patients reçus sont hypertendus. Cette journée est également l’occasion de former le personnel de santé sur la prise de la tension artérielle.
 » Un milliard de personnes dans le monde souffre d’hypertension artérielle, on a six cent quarante (640) millions de personnes hypertendues en Afrique, au Sénégal, on a presque une prévalence de 30 % voir dans chaque maison, au moins un hypertendu. Ce qui est plus grave, c’est qu’il y a 46 qui savent qu’ils sont hypertendus et parmi ces 46, 17% seulement se traitent. Et parmi ces 17%, il n’y a que 08 qui sont équilibrés « . Des chiffres avancés par le chef de service Cardiologie du Centre Hospitalier Régional El hadji Ibrahima Niass de Kaolack ce mercredi 17 mai, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de l’Hypertension Artérielle. « Il nous est très difficile de donner des chiffres pour kaolack, notre repère, c’est le service des cardiologies, tenez-vous bien, nous sommes à 66% par rapport aux patients. C’est-à-dire que sur les 100 patients que nous recevons, les 66% viennent pour hypertension artérielle simple ou compliquée. Nous sommes en train de faire une étude avec l’université El hadji Ibrahima Niass de kaolack pour voir l’impact du sel par rapport aux patients hypertendus. C’est vrai que kaolack est un cas particulier, mais scientifiquement nous n’avons pas d’éléments, il va falloir que nous s’y mettons pour faire des recherches précises afin d’avoir des chiffres précis », informe ainsi le Dr Souleymane Thiam, s’inquiétant de la situation de cette pathologie qui cause beaucoup de complication aux populations notamment l’Accident Célébral Vasculaire (Avc), la crise cardiaque. Selon toujours le Dr Thiam, depuis le mois de janvier, le service de cardiologie reçoit beaucoup de patients qui souffrent de crise cardiaque, des complications d’insuffisance cardiaque ou des atteintes pouvant touchés les reins. Cependant, « Mesurer sa pression avec précision, la contrôler, vivre longtemps  » : est le thème choisi cette année. Selon le spécialiste de l’hôpital de kaolack, lequel thème fait appel à deux choses à savoir la technique d’abord qui relève de la formation du personnel, ensuite à l’appareillage, car ce ne sont pas tous les appareils que l’on peut utiliser pour prendre la tension artérielle, et puis contrôler sa tension parce que pour éviter des complications , il faut que la tension soit bien contrôlée, enfin vivre plus longtemps, cela touche un peu le traitement parce que les gens pensent que le traitement, c’est à vie, mais le traitement c’est pour la vie a conclu Souleymane Thiam.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.