Kédougou : une femme décède en couches ainsi que son bébé, la justice saisie…

0 16

Une Césarienne ratée a causé la mort d’une mère et de son enfant. Après Astou Sokhna, c’est au tour de Dioura Diallo de subir le même sort.

En effet, les faits font état d’un double homicide survenu à l’hôpital de la ville minière. Il résulte des premiers éléments de l’enquête que c’est dans la nuit du 30 août vers 19 heures que la dame Dioura Diallo dite Mamy, en état de grossesse très avancée, a été admise à la maternité du district sanitaire de Kédougou.

La matrone ayant constaté que la dame pouvait accoucher par voie normale, n’a pas attendu trop longtemps pour commencer l’accouchement.

Après quelques instants, constatant que la tête de l’enfant commençait à sortir, contrairement au reste du corps, elle panique et court appeler le gynécologue Léon Faye. Le quel rapplique ventre à terre. Les deux heures de temps de multiples manœuvres pour faire sortir le nouveau-né, sont restées vaines, malgré les cris de détresse Dioura Diallo qui saignait abondamment.

Les blouses blanches ont finalement suspendu les opérations pour acheminer la victime au bloc opératoire pour une Césarienne. Au cours de l’intervention chirurgicale, le bébé a été mutilé, causant ainsi une hémorragie. Et la dame qui a eu un arrêt cardiaque a rendu l’âme, rejoignant son enfant.

«Dioura Diallo n’est pas morte naturellement. Elle a été victime d’une négligence de la part de l’équipe médicale du district sanitaire de Kédougou. Le bébé et sa maman ont été tués», dénoncent les parents de la victime.

Le maître des poursuites n’a pas mis du temps pour alerter les éléments de la brigade de la gendarmerie de Kédougou qui sont entrés dans la danse pour tirer cette affaire au clair. L’enquête dont la première manche a démarré par des auditions a finalement abouti à l’arrestation du gynécologue Léon Faye, de l’anesthésiste Abdoul Aziz Dioum et de l’infirmier Bakary Diabakhaté qui sont présentement placés en position de garde à vue dans les locaux de la gendarmerie pour homicide volontaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.