Koumpetoum: Les mariages et grossesses précoces font débats

Le Groupe d’étude et d’enseignement de la population (GEEP) a initié, mercredi, à Koumpentoum (Est) des séances de sensibilisation sur l’importance du maintien des filles à l’écoles et sur les méfaits des mariages et grossesses précoces.

Il s’agit d’informer et de sensibiliser les élèves, leurs parents et les professeurs sur l’importance du maintien des filles à l’école en les protégeant des mariages et grossesses précoces.

“Nous avons entamé pour deux jours des ateliers avec les LEA (leaders élèves animateurs) pour les sensibiliser sur l’importance de poursuivre les études jusqu’à l’obtention du Baccalauréat sans grossesses précoces”, a expliqué Soukeyna Tall, membre de la coordination du GEEP à l’ouverture de l’atelier. “Nous voulons que les élèves, surtout les jeunes filles, soient des relais auprès de leurs paires et des parents sur la santé de la reproduction. Elles doivent être conscientes des risques encourus en cas de prise de grossesse”, a souligné Mme Tall.

Elle relève que les grossesses précoces constituent une vive préoccupation dans beaucoup d’établissements scolaires au Sénégal en raison du nombre important de cas recensés chaque année. Le GEEP, avec l’appui de l’UNFPA a, depuis 2014, diversifié ses interventions en menant d’abord, une étude exploratoire sur les grossesses précoces en milieu scolaire (GPMS), puis, en mettant en place dans toutes les régions du Sénégal des observatoires chargés de la collecte des données sur les grossesses précoces

Pour sa part, Seydina Ousmane Kane, professeur de Mathématiques et Sciences de la vie et de la terre a sollicité des moyens financiers et logistiques pour mieux faire fonctionner les Club éducation à la vie familiale (Club EVF).

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp