Accueil Santé et Bien-être «Le Covid-19 : Au-delà des morts et des contaminations» (Par Baïdy Diop,...

«Le Covid-19 : Au-delà des morts et des contaminations» (Par Baïdy Diop, Sociologue)

Depuis le mois de décembre 2019, le monde est troublé secoué Coronavirus .  En effet ce virus est apparu en premier en Chine dans la région de Wuhan et à partir de là, la chaîne de contamination a commencé. L’ampleur qu’il prend à ce jour est du moins qu’on puisse dire, extraordinaire.  Ainsi, toutes les régions du monde sont concernées et comme le disait le ministre Français de la Santé M. Olivier VERAN,  interrogé par la chaîne  Europe 1 « un virus n’a pas de frontière et de toute façon il circule déjà partout ». D’une simple épidémie la propagation montre la nature d’une pandémie. Cela est d’ailleurs confirmé par l’OMS. Si le nombre d’infectés et de morts fait peur jusqu’à faire dire  à certaines personnes que le virus est une création humaine ( un pseudo arme de guerre ) et a l’allure  d’une théorie  conspirationniste. Mais hélas,   au vu de l’impact du virus,  la théorie conspirationniste ne semble pas tenir la route. D’ailleurs, pour le professeur Olivier SCHWARTZ directeur scientifique de l’institut Pasteur (France)  et responsable de l’unité « virus et immunité », le Coronavirus est un virus  qui est naturellement présent chez certains animaux notamment les chauves-souris et les  pangolins. Et on retrouve presque chez ces animaux 90% où  98% presque d’homologie et cela a certainement passé directement de la chauve-souris ou du pangolin à l’homme.
Au moment où nous sommes, plus de 142000 cas ont été confirmés dans le monde, 5367 morts et 67003 personnes guéries. Des statistiques qui font peur. Partout dans le monde des mesures conjoncturelles et drastiques  ont été prises pour arrêter la propagation du virus . Si les États-Unis ont fermés leurs frontières à l’Europe pour une durée de 30 jours,  l’Italie quant à  elle négligée un peu par l’union Européenne, demande du secours à la Chine. La France ferme les portes de l’école, les plus grands championnats de football du monde se rétractent et suspendent la saison ( Calcio, le primer league la Liga, la ligue 1 Conforama ); la NBA touchée. Les puissances du monde s’inquiètent. Et s’il s’agissait d’une nouvelle ère de la vie humaine ? Les États ont-ils perdus le contrôle?
La géopolitique : l’Hégémonie du Covid-19 sur les États
               Jusqu’ici les principaux acteurs de la scène internationale restent les États même si les firmes multinationales qui détiennent l’économie se positionnent. Si l’acteur international est considéré comme celui qui, de par son action peut influencer le jeu international, vous conviendrez avec moi que le coronavirus a depuis 3 mois changé le cours des relations internationales. Certes, à la place du mot acteur il convient plus de mettre actant pour dissocier et le mettre à la catégorie  des tsunamis du  terrorisme et des autres événements pouvant bouleverser ou chambouler les décisions politiques des États. Mais néanmoins le fait est que tout roule au rythme du virus. Le covid-19 dicte sa loi aux États et aux firmes multinationales. En Italie seules les pharmacies et les épiceries fonctionnent. Le prix du baril du pétrole et en baisse, les bourses sont en rouge, la mondialisation montre vraiment toutes ses dimensions; un monde interconnecté qui vit à l’effet papillon.
              Si au début de la contamination la Chine a laissé quelques plumes de son économie jusqu’ici réputée être la première puissance économique, ces derniers jours les efforts consentis pour trouver une solution à ce virus semblent porter ses fruits. Avec la mise en place d’une nouvelle mesure préventive le code QR pourrait être repris par les autres pays et générait de nouvelles entrées financières. En tout état de cause le COVID-19 reste l’actant le plus puissant de la scène internationale. Mais qu’en est-il du pays de la teranga ?
Au sénégalais Allah n’est pas obligé
                L’on sait déjà que l’identité la plus visible du sénégalais est celle de la religion . Comme qui dirait que le Sénégalais est foncièrement un « homme de Dieu » . Mais si c’était le cas il serait aisé de comprendre que la prévention d’une maladie est plus importante que la prière à ce titre. Et même, il ne s’agit pas seulement de prier pour attendre un miracle divin. Il faut avant tout la prééminence de l’action. Le caractère fataliste et attentiste du Sénégalais ne pourra rien contre le virus.
                Ces derniers jours on entend toute sorte de prophéties et de prédications mais, toutes tentent de réconforter le sénégalais dans sa croyance jusqu’à oublier de lui dire l’essentiel. Ici l’essentiel c’est de se prémunir.  Pour rappel  aux musulmans sénégalais ;  le prophète de l’Islam, à la fin de sa vie, a eu une grippe exacerbée jusqu’à qu’on ait le besoin de  lui mettre une serviette mouillée pour diminuer sa température corporelle. Et pourtant  l’on croit que c’est lui le prince de l’humanité. Allah n’est jamais obligé car la singularité de son pouvoir sur tout n’a d’égale qu’à sa gloire. Il fait ce qu’il veut quand il veut ou il veut et sur qui il veut. Mais n’attendons pas de lui qu’il nous fait grâce sans qu’on ait la volonté de se prémunir .
                Ici le nombre de cas augmente et pour se dire la vérité la configuration de la vie en société au Sénégal est plutôt favorable à la propagation du virus. Repensons un peu le cas du Modou Modou atteint du virus si on met à part les covoyageurs , seule la contamination de la famille va entraîner des centaines de cas. Certes rien n’est confirmé mais on a le droit de faire une prospection . Nous avons plus d’une dizaine de  cas à Touba. Combien de personnes ces personnes infectées sont entrées  en contact ?  Pour dire que la responsabilité de l’État est plus que jamais engagée.  À des situations exceptionnelles il faut des mesures exceptionnelles . Si des pays plus puissants que le Sénégal n’ont pas pu arrêter la contamination  il va sans dire que seul un courage indéfectible des gouvernants pourra nous sauver par la grâce de Dieu. Les décisions du président de la République M. Macky SALL après une réunion d’urgence au palais sont tributaires  de bonne volonté et de courage mais il ne faut pas s’en arrêter là. Le transport inter urbain doit aussi inquiéter vu sa nature au Sénégal. La cartographie du virus doit être un bon guide pour les décisions futures.
               Nous devons  avoir une attitude prospective et proactive. En tout cas ce virus ne cesse de montrer sa dangerosité. Même si Allah n’est pas obligé nous lui prions en tant maître de tout l’univers y compris évidemment le virus, de nous épargner et de pardonner l’humanité. Et pour finir évitons pour l’amour de la patrie les discours communautaristes et insensés. Si le mien en fait partie ne l’écoutez pas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici