Le Dièse de Sara: Bassirou Diomaye moy Sonko ,n’est-il pas un pari risqué?

0 20

Bassirou Diomaye Faye est désormais le visage qui incarne la vision d’Ousmane Sonko au sein du parti Pastef. Actuellement détenu depuis la fin du mois de juillet, le leader de Pastef ne pourra pas se présenter à l’élection présidentielle à venir, sa candidature ayant été invalidée par le Conseil constitutionnel. Pendant des mois, nous avons affirmé de manière inébranlable qu’Ousmane Sonko était le seul candidat pour les Patriotes africains du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (Pastef). Peu importe les charges judiciaires qui pèsent sur lui, sa détention, ou même la détérioration de sa santé : le maire de Ziguinchor était considéré comme l’unique représentant du parti lors de l’élection présidentielle de février 2024. Cependant, avec l’approche du scrutin, la réalité s’est imposée : exclu des listes électorales, Ousmane Sonko ne sera probablement pas en mesure de se présenter.

 

Face à cette impasse, le Pastef a finalement désigné, le dimanche 19 novembre 2023 , Bassirou Diomaye Faye comme candidat de remplacement. En tant que secrétaire général et membre fondateur du parti, il est l’un des principaux alliés d’Ousmane Sonko et est même surnommé « le clone » car jugé très proche de Sonko. Cependant, il est indéniable que « le clone » ne possède pas la même flamboyance que l’original. Ayant été candidat malheureux aux élections locales de janvier 2022 dans sa commune natale de Ndiaganiao, dans la région de Thiès, et n’ayant jamais été élu, ses échecs passés soulèvent des questions sur sa capacité à rallier les suffrages des électeurs. Les Pastefiens insistent sur le fait que soutenir Diomaye, c’est soutenir Sonko. Notons qu’en juillet 2022, il avait été empêché de se présenter aux élections législatives en raison du rejet de la liste sur laquelle il figurait par le Conseil constitutionnel.

En outre, la campagne électorale de Bassirou Diomaye Faye se déroulera depuis la prison de Cap Manuel à Dakar, ce qui représente un défi supplémentaire. Son manque de notoriété et de charisme par rapport à Ousmane Sonko rend ce choix de remplacement inévitablement risqué. Le leader du Pastef prend-il le risque de voir l’héritage de Sonko disparaître avec un remplaçant moins marquant ? Ce pari de remplacement pourrait s’avérer audacieux, car comme on dit, il n’y a jamais deux capitaines dans un bateau.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.