Le ministre Diouf Sarr et le DG d’un Hôpital pris en flagrant délit de mensonge par un média français

Le ministre de la santé et de l’Action Sociale (MSAS), Abdoulaye Diouf Sarr vient d’être pris en flagrant délit de mensonge. Lui et un directeur d’hôpital complice qui se tait sur la situation alarmante dans nos Centres de traitement des épidémies (CTE), viennent d’être pris la main dans la sac. Et c’est un reportage de nos confrères français qui ont été autorisés à pénétrer dans les coulisses de l’hôpital Fann qui démontre toute la spirale de mensonge mise en place par le ministre de la Santé et plusieurs de ses services pour masquer la vérité aux Sénégalais…

Tout a commencé en début du mois de juillet. Le vendredi 2 juillet, lors de la réunion du Comité national de gestion des épidémies (Cnge). Le chef du Service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Fann, le Professeur Moussa Seydi, lançait une alerte : « nous avons un problème d’oxygène au niveau des Cte, et cela peut être fatal pour les malades…Je le dis depuis plusieurs mois, un Cte ne doit pas avoir une seule centrale d’oxygène. Il faut toujours deux centrales d’oxygène. Au niveau du Service des maladies infectieuses, nous en avons trois plus un back-up pour les bouteilles d’oxygène. Parce qu’une centrale peut tomber en panne et là, nous pouvons perdre des malades »,

Dans la foulée, le ministre de la Santé et de l’action Sociale (MSAS) organise la riposte pour étouffer ce nouveau scandale révélé par le Pr Seydi ; Il se lance dans une campagne de dénigrement sur les ondes des radios et de télévisons contre les propos du spécialiste qui dénonce un manque d’oxygène. Alors notre ministre fonce vers la presse mais il n’est pas seul. Il demande aussi au directeur de l’hôpital dans lequel exerce le Pr Seydi de démentir.

Le directeur de l’Hôpital Fann dément le Pr Seydi

« Sans vouloir polémiquer, je dis que nos hôpitaux n’ont pas de problème d’oxygène. Il y a toujours une machine qui marche, mais également une sorte de back up de sorte que, même s’il n’y avait pas de machine ou que celle-ci tombe en panne, le système de back up permettrait d’alimenter les malades en oxygène », a déclaré le Directeur du CHU de Fann, Cheikh Tacko Diop

Le ministre aussi dément le Pr Seydi

Le dimanche 25 juillet 2021, il y a de cela une semaine exactement, le ministre de la Santé et de l’Action Sociale (MSAS) disait ce qui suit : « Nous avons un stock de plus de 100 mille m3 et avons commandé 35 centrales ». Le ministre de la Santé apportait ainsi un démenti face aux rumeurs selon lesquelles le Sénégal serait confronté à une rupture d’oxygène. C’était dans l’émission “Objection”, sur Sud Fm.

Et pour crucifier le Pr Seydi, il rajoute : « Il n’y a jamais eu de rupture d’oxygène au Sénégal depuis le début de la pandémie… Je crois qu’il est important d’être dans une approche pédagogique et dire aux Sénégalais de manière claire ce qui se passe. Présentement, au moment où je vous parle, en plus de la production endogène aux structures, nous avons un stock de plus de 100 mille m3 d’oxygène qui sont aujourd’hui disponibles. »

La vérité en images

Le ministre a menti. Le Directeur de l’Hôpital aussi a menti. Aujourd’hui, les malades meurent à cause du manque d’oxygène et l’hôpital Fann renvoie des patients atteints de forme grave de covid par manque d’oxygène. Voici un reportage de nos confrères de l’AFP (Agence France Presse) dans les coulisses de l’hôpital Fann. C’est au niveau des urgences ou les malades sont accueillis avant d’être admis dans les salles de réanimation…Ouvrez bien les yeux et pensez aux propos du ministre Diouf Sarr.

Reportage

Le docteur Babacar Diop, un médecin-urgentiste à l’hôpital sénégalais de Fann, en centre-ville de Dakar, commence sa garde de nuit aux services des urgences, où tous les lits sont occupés par des patients atteints du Covid-19. Contraint de devoir refuser de nouveaux patients, le médecin se dit « dépassé » par une situation qu’il juge « catastrophique ». Relativement épargné jusque là par l’épidémie de coronavirus, le Sénégal fait face ces dernières semaines à une explosion du nombre de cas, liée vraisemblablement à la propagation du variant delta.

Que devrait-on alors penser de ce ministre Abdoulaye Diouf Sarr ? Le président Macky Sall doit tirer les conclusions.

Xibaaru

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp