Accueil Société LE SITE DE DÉPISTAGE ÉRIGÉ À WAKHINANE NIMZATT DISPARAIT APRÈS LA POLÉMIQUE

LE SITE DE DÉPISTAGE ÉRIGÉ À WAKHINANE NIMZATT DISPARAIT APRÈS LA POLÉMIQUE

Suite à la confirmation d’un cas communautaire à Guédiawaye, un camp de dépistage a été érigé à l’école 24 de Daroukhane, à Guédiawaye. Une première depuis l’apparition du Coronavirus au Sénégal, le 2 mars 2020 qui laissait croire à une nouvelle stratégie dans la lutte contre la propagation du coronavirus, avec des tests de dépistage en masse. Il n’en est rien. En effet, malgré l’annonce en grande pompe du maire de la commune de Wakhinane Nimzatt, Racine Talla, par ailleurs Directeur général de la RTS, il est rapidement apparu que ceux qui ont mis sur pied ce site n’ont pris langue ni avec les services du ministère de la Santé ni avec le comité de gestion du Covid 19.

Ce matin, notre correspondant s’est rendu sur les lieux. Sur place, après avoir accédé à l’enceinte de l’établissement après une entrée filtrée par un vigile, son constat fit état des tentes de sapeurs pompiers installées dans la cour et des personnes en combinaison prêtes à consulter ou tester des dizaines d’intéressés. Dépistage gratuit ? C’est ce que disent les personnes interrogées après leur passage, expliquant avoir subi un test en détaillant le procédé avec l’écouvillonnage nasopharyngé. Mais, plus tard en début d’après midi, quand la polémique a commencé à enfler avec la sortie du Dr Aloyse Waly Diouf, Directeur de Cabinet du Ministère de la Santé, le centre a subitement disparu…

Pour y voir plus clair, nous avons contacté les autorités municipales de de la ville de Guédiawaye. Malick Sy, responsable de l’administration des ressources humaines de la mairie, nous a ainsi exprimé sa surprise, avant de révéler la disparition du site en question : « J’étais étonné quand j’ai entendu l’érection de ce centre. Mais ce soi-disant centre n’existe plus parce qu’il n’y avait pas les normes requises. Il n’y avait pas le minimum de sécurité parce qu’il y avait beaucoup de personnes. Maintenant, ce n’est plus un centre, il y a juste une personne qui est là-bas, c’est le point focal. Ils ont mis en place maintenant un dispositif qui permet à ceux qui veulent être testés d’aller à l’école 24. Ils seront identifiés et leurs données seront transmises au district qui va les appeler. Ce centre c’était pour retracer tous ceux qui étaient en contact avec le cas communautaire. »

Egalement contacté par Emedia.sn le médecin-chef du district sanitaire de Guédiawaye, Dr Guindo, précise que ce n’est pas un centre mais plutôt un site qui a été érigé pour dépister ceux qui étaient avec le cas communautaire qui a fait plusieurs déplacements ces derniers jours. « Dans le cadre de ce qu’on appelle des investigations, si on a une personne qui est suspectée de la maladie, on investigue et on voit tous ceux qui sont ses contacts. S’il se trouve que la personne a des contacts asses importants, on ne peut pas allez dans chaque maison pour les relever. C’est ce qui a fait qu’on avait isolé un site pour pouvoir appeler les contacts afin de faire des prélèvements. Ce n’est pas un centre, c’était juste un site pour faire les prélèvements des contacts qui sont à peu près au nombre de 200 », a expliqué le médecin.

Le médecin d’ajouter : « L’autre chose, c’est que ce centre, permettrait aux autres contacts qui ne se sont pas fait connaitre de profiter de cette occasion pour venir nous voir et se faire connaitre. Ce site, c’est par rapport à tout ce qui concerne la personne qui a été confirmée. Quand nous aurons fini de tester tout son environnement et tous ses contacts, ce site n’aura plus raison de continuer jusqu’à ce que le ministère central nous demande de mettre en place des camps naturellement ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici