Listes rejetées: Les piques de Diouf Sarr à Yewwi

0 16

A la suite de Yewwi, la coalition BBY a également rencontré la presse pour rétablir la vérité des faits. Occasion saisie par Abdoulaye Diouf Sarr pour lancer des piques aux membres de l’opposition.
A bon chat bon rat ! La réplique du camp présidentiel n’a pas tardé.  « L’équipe électorale de la coalition BBY de Dakar, au nom et pour le compte de laquelle, j’ai l’honneur et le privilège de parler, entend faire le point sur la situation politico-électorale qui prévaut dans notre ville. Nous apportons des clarifications, des précisions mais aussi des rectifications et au besoin de rejeter fermement les contre-vérités savamment distillées par nos adversaires », a dit Abdoulaye Diouf Sarr.
« En ma qualité de tête de liste de BBY, candidat au poste de maire de la ville de Dakar, je voudrais dire que notre coalition est composée d’hommes et de femmes de qualité dont leur expertise, leur intelligence et leur sérieux reflètent les performances d’une puissante et efficace machine électorale », déclare le candidat à la mairie de Dakar. Cependant, dénonce-t-il, il a été fort regrettable de constater que certaines listes concurrentes ont connu de sérieuses difficultés à se conformer scrupuleusement aux dispositions du code électoral.
Selon Abdoulaye Diouf Sarr, cette situation traduit aux yeux de l’opinion nationale et internationale que « certains partis ou coalitions de l’opposition souffrent d’une faible représentation au niveau national, mais plus inquiétant encore, leurs responsables traînent manifestement des carences notoires en matière de maîtrise du processus électoral dont le plus basique est la confection des listes de candidature ». Ainsi pour masquer leur grave incompétence, ajoute le candidat de la coalition BBY pour la mairie de Dakar, certains responsables de l’opposition reprennent honteusement leur sport favori : la victimisation et l’attaque des institutions de la République.

« Pour la coalition BBY, ces agissements puérils induits par une malhonnêteté intellectuelle ne sauraient prospérer ni même justifier une cuisante défaite de l’opposition au soir du 23 janvier 2022 », a-t-il aussi soutenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.