Matam : Une dizaine de jeunes formés à la géomatique

0 2

Dix (10) jeunes diplômés de la région de Matam ont terminé leur formation en géomatique appliquée à l’Institut supérieur de l’enseignement professionnel (ISEP). La session entièrement financée par le ministère des mines et de la géologie vise à promouvoir l’employabilité et une meilleure insertion professionnelle des jeunes.

La région de Matam dispose enfin d’une université mais qui n’ouvrira ses portes qu’en octobre 2024 mais en attendant, c’est l’ISEP qui assure la formation au niveau du cycle supérieur. L’approche professionnelle de l’Institut constitue une force d’attraction non négligeable pour les étudiants fraîchement diplômés. C’est d’ailleurs dans ce cadre que s’inscrit la session de formation offerte à 10 jeunes de la région. Durant 5 jours, ces jeunes diplômés ont été capacités sur la géomatique appliquée, une « discipline transversale » dont la connaissance des notions pourrait s’avérer déterminante pour un jeune en quête d’emploi.

Pr Aminata Diassé Sarr, directrice de l’Isep s’est montrée satisfaite de la qualité de la formation relevée par les récipiendaires : « tous les intervenants qui ont pris la parole dans cette cérémonie de clôture ont souligné la qualité de la formation. Nous (l’Isep) avons pour mission d’accompagner les jeunes de la région en les capacitant dans les différents domaines dans lesquels nous offrons des formations. Aujourd’hui, c’était dans le cadre de la géomatique appliquée qui est assez pointu et transversal. Et je pense que ces 5 jours de formation ont permis de renforcer les capacités de 10 récipiendaires et nous espérons que ça leur servira à renforcer leur employabilité », fait remarquer la directrice.

Malgré la kyrielle de programmes et de projets, la solution à l’épine question de l’emploi des jeunes tarde à se montrer. Pour beaucoup, le profil des jeunes diplômés est en inadéquation avec les demandes du marché de l’emploi. Les diplômes engrangés dans les universités ne correspondent pas avec ce qui est recherché par l’employeur. Une expérience que Bassirou Babacar Sarr a capitalisé, lui qui étudiant en master 2 au département de géographie à l’UGB de Saint Louis. Sa participation à la session a fondamentalement change son regard. « La qualité de la formation est très bonne parce que les formateurs nous ont tout le bagage nécessaire. L’ISEP de Matam est un institut de renommée. Nous savons tous qu’actuellement les jeunes sont diplômés des universités mais la plupart du temps ils n’ont pas de qualification, ce qui va encore poser la problème d’employabilité. Donc se rapprocher de l’Isep de Matam constitue une bonne alternative en matière de qualification, en matière d’employabilité. En tout cas, nous avons de bonnes impressions à l’issue de la formation. Dans le monde d’aujourd’hui, l’informatique est devenue un outil privilégié en matière d’aménagement du territoire, en matière d’organisation et de prise de décision », se félicite le jeune étudiant.

Pour la session sur la géomatique appliquée, le ministère des mines et de la géologie n’a pas lésiné sur les moyens pour optimiser les conditions. Une importante logistique a été mise à la disposition de l’Isep qui en fera son patrimoine. « le ministère des mines et des géologies nous a totalement accompagné par une complète prise en charge. C’est le lieu de remercier le ministère pour nous avoir permis d’honorer un engagement tenu en 2020 lors de la célébration de la 1ere activité de l’Isep de Matam dans le cadre du service à la communauté. Nous osons espérer que cette première expérience avec le ministère des mines et de la géologie sera pérenne », espère Aminata Diassé Sarr.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.