Ministre de la justice :<>

0 18

<<Sénégal, en dehors des événements de mars 2021, pour l’essentiel je dis, quand il y a des manifestations même interdites c’est zéro mort. Pourquoi zéro mort parce que notre pays, a pris l’option de ne pas utiliser d’arme létale. Ce qu’on utilise c’est des gaz lacrymogènes. Et c’est juste pour vous enfumer. On n’utilise pas d’armes. Dans les autres pays africains, quand il y a des manifestations on tire sur la population. Ici on ne tire pas sur des manifestants>> ,l’on se demande de quel pays le garde des seaux Ismaëla Madior Fall parle lorsqu’il avance cette affirmation. C’est durant l’examen de la situation des droits de l’homme du Sénégal par la Commission africaine des droits de l’homme jeudi dernier que le ministre a tenu à s’exprimer sur ce regain de violences pendant les manifestations. Selon lui au « Sénégal le rapport entre les forces de défense et les manifestants est très apaisé. Surtout en maintien de l’ordre. Nous sommes les rares pays africains en dehors des événements de mars 2021 qui avait surpris tout le monde, et ça s’est vite refermé, c’était une parenthèse. ». Ce discours du ministre de la justice face à la tension dont a été témoin chaque citoyen laisse perplexe le commun des sénégalais. Avec une liste de bavures en pointillée,on peut noter l’événement tragique du 16 mars 2023, où une vidéo amateur circulant sur les réseaux sociaux et reprise par des médias en ligne montre un jeune homme essayant d’échapper à un 4×4 blanc rempli d’hommes encagoulés ressemblant à des nervis. Ce jeune homme a glissé dans une flaque d’eau avant d’être écrasé par la voiture. Cette tragédie a un nom: Ndiaga Diop. Un autre rallonge la liste le 16 mars 2023 à Bignona en Casamance, lors des heurts entre les forces de l’ordre et des partisans de l’opposant Ousmane Sonko, un jeune âgé de 20 ans a été tué. La victime, Cheikh Coly, etait conducteur de moto Jakarta. Il a succombé des suites d’une blessure par balle au niveau de la cage thoracique occasionnant une hémorragie interne, selon l’autopsie.
Le décès de la jeune Adji Diallo 16 ans à Ngor, abattue par les forces de l’ordre selon les manifestants. Des faits tragiques qui viennent contrecarrer les dires du ministre dans un contexte des plus sensibles.

Sara Jupiter

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.