Pénurie d’eau dans la Commune de Diender : Les villages de Ndiar Tidiane et Darou Ndiar, barrent la route des Niayes et…

0 12

Le Sénégal, devant organiser le Forum mondial de l’eau à partir du 21 au 26 mars à Diamniadio, est-il sérieusement dans une logique de satisfaire la demande en eau des populations ? Certains pourront douter de cette volonté. En atteste les populations des villages de Ndiar Tidiane et Darou Ndiar, dans la Commune de Diender. Ces populations, souffrant d’un manque drastique d’eau potable, ont déversé leur colère ce jeudi matin, en barrant la route des Niayes.

L’eau est vitale. Personne n’en doute. Mais, l’Etat qui s’apprête à organiser le Forum de l’Eau dans les prochains jours, ne semble pas prendre conscience de l’ampleur du calvaire des populations qui n’en disposent pas. Beaucoup de raisons sont évoquées pour expliquer les motivations de la révolte des populations de Ndiar Tidiane et Darou Ndiar, situés dans la Commune de Diender, à moins de 50 Km de Dakar.

Première injustice vécue par ces populations, reste l’implantation sur leur terre de près de 13 forages qui renforcent actuellement, le réseau de SenEau pour l’alimentation de Dakar. Mais, aucun branchement n’est fait dans cette localité de provenance de cette eau, pour soulager les résidents locaux. Etant les premières à descendre dans la rue pour protester, elles sont loin d’être les plus impactées de cette situation de manque d’eau dans cette localité. Et pourtant, près de 13 forages sont installés sur les terres de Diender, pour renforcer l’alimentation en eau de la capitale sénégalaise. Et, aucune décision n’a été prise pour les servir afin de soulager leur soif.

Conscients de cette injustice et manque de considération, les jeunes et femmes ont matinalement, engagé la révolte, allant jusqu’à saccager des installations de certains forages. Face à ce refus, entre plaintes et complaintes, ces assoiffés d’eau ont même barré la route des Niayes.

Suffisant pour que la gendarmerie soit mobilisée. Bien armée de grenades lacrymogènes et de matraques, les gendarmes sont venus en renfort pour affronter des manifestants, déterminés. Face à l’hostilité et la résistance des protestataires, la gendarmerie a décidé d’entrer à l’intérieur des villages pour arrêter des jeunes. Aux dernières nouvelles, il y a été même, annoncé des blessés.

D’après des manifestants, la situation est regrettable. Au lieu de satisfaire la demande en eau des populations, la société en charge de l’eau est disposée à faire bastonner les populations, qui ne demandent qu’à être branchées sur le réseau. Considérant que l’eau est vitale, les jeunes justifient leur démarche par une nécessité de survie. Puisque, depuis plusieurs mois, ces populations se ravitaillent en eau à travers des charrettes et autres moyens disponibles. Ne pouvant plus supporter le coup dur, lié aux multiples risques pour les enfants, devant chercher de l’eau dans des endroits exposés, ils ont tout bonnement décidé de se faire entendre.

Des jeunes et des femmes arrêtés, dit-on, sont présentement, transportés vers la gendarmerie de Kayar. Injustice… « Nous voulons juste de l’eau », crie-t-on.

Le dispositif renforcé de la gendarmerie est toujours, en place pour éventuellement, veiller au grain. Certains pensent même, qu’ils sont recu l’instruction d’y passer la nuit. Mieux, se plaint-on, est de trouver une solution d’urgence à ses populations qui vivent l’extrême calvaire d’un manque d’eau. Sinon…Des séquences similaires risquent d’être répétitives dans cette localité qui vit une situation générale. Il n’est pas permis d’attendre encore. Les autorités étatiques, surtout le Ministres de l’Eau, est interpellé à résoudre ce problème injustement vécu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.