Pétrole sénégalais : Un nouveau prétendant se signale

0 7

Far Limited avait annoncé il y a quelques semaines avoir trouvé un accord avec ONGC Videsh Vankorneft Pte Ltd, une société indienne. Mais à peine l’information rendue publique que Woodside annonce sa décision d’exercer son droit de préemption, le 3 décembre. On croyait alors que les Australiens allaient acheter les parts de Far comme c’était le cas avec Cairn Energy. Mais c’est sans compter la détermination d’autres acteurs à entrer dans le jeu.

Dans un communiqué daté du 17 décembre, Far Limited révèle avoir reçu une offre non-contraignante de Remus Horizons PCC Limited, un fonds d’investissement privé réglementé par la Guernsey Financial Services Commission.

Ce nouveau venu a manifesté son intention « à s’engager dans discussions et investigations complémentaires dans le but d’évaluer sa capacité à faire une offre ou à annoncer une intention de faire une offre d’acquisition de 100% des actions de FAR à 2,1c cash par action ». Un achat qui devrait être financé, s’il est conclu, à partir des réserves de trésorerie internes.

Mais pour le moment, rien n’est encore joué. D’abord parce qu’il n’y a rien de contraignant sur le plan juridique. Ensuite, les conditions de la proposition restent incertaines à ce stade. D’ailleurs, du côté des deux parties, on demande à avoir plus d’informations.

C’est ainsi d’ailleurs que Far Limited devra permettre à Remus d’avoir accès à des informations sur le projet Rufisque, Sangomar offshore et Sangomar offshore profond (Rssd, acronyme en anglais) ainsi que sa gestion. De son côté, Far va demander plus de détails à Remus à propos de  »divers aspects associés à la proposition’’.

Pour donner du temps à chaque partie, Far limited a décidé, comme l’exigeait Remus, de renvoyer au 21 janvier prochain son assemblée générale prévue initialement le 21 décembre et destinée à approuver la vente des parts de la société dans le projet Rssd. « Cela permettra à FAR et à ses actionnaires d’avoir plus de temps pour obtenir des informations complémentaires sur la proposition et évaluer les mérites relatifs à l’option de vente et à la proposition », ajoute le communiqué.

C’est dire donc que malgré les prévisions pessimistes de OpenOil sur les bénéfices que le Sénégal devrait tirer de l’exploitation de ses hydrocarbures, les compagnies du milieu, elles, se bousculent au portillon pour se faire une place dans les champs pétroliers du pays de la Téranga.

Source : Seneweb

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.