Poste de MP : pourquoi ce procédure d’urgence 

0 3

Supprimé par Macky Sall, le poste de Premier ministre sera de retour dans l’architecture institutionnelle du Sénégal. Lors du Conseil des ministres d’hier, le chef de l’Etat a dit sa volonté d’initier une révision de la Constitution en vue de l’instauration du poste de Premier Ministre.

Selon ses explications, « cette restauration, qui vient ainsi adapter l’organisation du pouvoir exécutif à un nouvel environnement économique et socio-politique, s’accompagne d’une nécessaire requalification des rapports entre l’exécutif et le législatif, notamment la réintroduction de la responsabilité du gouvernement devant l’Assemblée nationale et le pouvoir de dissolution de celle-ci dévolu au Président de la République », justifie Macky Sall devant ses ministres.

En clair, le poste de PM sera rétabli par l’Assemblée nationale  « en procédure d’urgence » par l’assemblée nationale, à travers un projet de texte.

Pour rappel, le poste de Premier ministre a été supprimé au Sénégal  par vote au niveau de l’Assemblée nationale. Le projet de loi portant suppression du poste de Premier ministre a été voté par l’Assemblée. Comme une lettre à la poste, 124 voix ont été approuvées contre 7 et 7 abstentions.

Mode «fast-Track». Macky Sall avait lui-même utilisé cet anglicisme pour justifier la suppression du poste de Premier ministre par une volonté de contourner les retards bureaucratiques de l’administration sénégalaise.

Le chef de l’État, qui avait promis d’accélérer les transformations de l’économie sénégalaise, voulait par ce changement supprimer les « goulets d’étranglement » pour « être lui-même au contact direct avec les niveaux administratifs » chargés de conduire ses politiques ».

Près de deux ans après, retour à la case départ.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.