Accueil Santé et Bien-être Pourquoi le coronavirus a été moins meurtrier en Afrique?

Pourquoi le coronavirus a été moins meurtrier en Afrique?

139
0

De nombreux pays africains ont été félicités pour avoir mené une campagne efficace de lutte contre la propagation du coronavirus, malgré la réputation de fragilité de leurs systèmes de santé publique.

Le continent, qui compte plus d’un milliard d’habitants, a enregistré environ 1,5 million de cas, selon les données compilées par l’université John Hopkins.

Ces chiffres sont bien inférieurs à ceux de l’Europe, de l’Asie ou des Amériques, et les cas signalés continuent de diminuer.

L’Afrique a enregistré environ 37 000 décès, contre environ 580 000 dans les Amériques, 230 000 en Europe et 205 000 en Asie.

« Le taux de létalité (CFR) pour le Covid-19 en Afrique est inférieur au CFR mondial, ce qui suggère que les résultats ont été moins graves parmi les populations africaines », note une étude continentale récente du Partenariat pour une réponse factuelle au Covid-19 (PERC), qui rassemble un certain nombre d’organisations privées et publiques.

Les faibles taux de dépistage continuent de saper la réponse continentale ; cependant, rien n’indique qu’un grand nombre de décès dus au Covid-19 n’a pas été détecté, déclare le Dr John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC).

Quelles sont donc certaines des raisons du taux de mortalité relativement faible de l’Afrique ?

1.Une action rapide

Le premier cas sur le continent a été confirmé en Égypte le 14 février. On craignait que le nouveau virus ne submerge rapidement les systèmes de santé largement fragiles du continent.

Dès le début, la plupart des gouvernements africains ont donc pris des mesures drastiques pour tenter de ralentir la propagation du virus.

Des mesures de santé publique – notamment éviter les poignées de main, se laver fréquemment les mains, prendre ses distances avec la société et porter un masque – ont été rapidement mises en place.

Certains pays, comme le Lesotho, ont agi avant même qu’un seul cas ne soit signalé.

Il a déclaré l’état d’urgence et fermé les écoles le 18 mars, et s’est engagé dans un confinement de trois semaines environ dix jours plus tard, à l’instar de nombreux autres États d’Afrique australe.

Mais ce n’est que quelques jours après la levée de la quarantaine – début mai – que le Lesotho a trouvé ses premiers cas confirmés. Sur une population de plus de 2 millions d’habitants, il a enregistré jusqu’à présent environ 1 700 cas et 40 décès.

Dans une enquête menée dans 18 pays en août par le PERC, l’adoption par la population des mesures de sécurité était élevé – 85 % des personnes interrogées ont déclaré avoir porté un masque la semaine précédente.

« Grâce à des mesures sanitaires et sociales strictes, les États membres de l’Union africaine ont pu contenir le virus entre mars et mai », indique le rapport.

Il ajoute que « le relâchement mineur des restrictions en juin et juillet a coïncidé avec une augmentation des cas signalés sur le continent ».

Depuis lors, il y a eu une baisse notable du nombre de cas confirmés et de décès dans environ la moitié du continent, probablement liée à la fin de l’hiver dans l’hémisphère sud (voir ci-dessous).

La mise en œuvre des restrictions a eu un coût énorme. Les moyens de subsistance ont été perdus à grande échelle. L’Afrique du Sud – qui a connu l’un des confinement les plus sévères au monde – a perdu 2,2 millions d’emplois au cours du premier semestre.

De plus en plus de pays ont été contraints de rouvrir leur économie, même si le nombre de cas est beaucoup plus élevé que lorsqu’ils ont ordonné les fermetures.

Selon le rapport du PERC, l’opinion publique sur la réouverture de l’économie était mitigée – six personnes interrogées sur dix ont déclaré que les économies devaient être réouvertes, et ont estimé que le risque d’obtenir le Covid-19 était minime si les règles de distanciation sociale étaient respectées.

Cependant, sept personnes sur dix déclarent que le fait de penser à reprendre des activités normales les rendait anxieuses.

« Les données suggèrent que les gens à travers l’UA voient le Covid-19 comme une menace sérieuse, mais pour beaucoup, les charges économiques et sociales l’emportent sur leur perception personnelle du risque d’attraper le virus », conclut le rapport.

3 : Une population jeune – et peu de maisons de retraite

L’âge de la population dans la plupart des pays africains a probablement aussi joué un rôle dans la limitation de la propagation de Covid-19.

Au niveau mondial, la plupart des personnes décédées avaient plus de 80 ans, tandis que l’Afrique abrite la population la plus jeune du monde, avec un âge médian de 19 ans, selon les données des Nations unies.

« La pandémie a surtout touché les jeunes… environ 91 % des infections à Covid-19 en Afrique subsaharienne concernent des personnes de moins de 60 ans et plus de 80 % sont asymptomatiques », révèle l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

« Nous avons [en Afrique] environ 3 % de la population âgée de plus de 65 ans », déplore le Dr Matshidiso Moeti, responsable de l’OMS pour l’Afrique.

En comparaison, l’Europe, l’Amérique du Nord et les pays asiatiques plus riches ont les habitants les plus âgés.

« L’un des principaux facteurs qui expliquent que les personnes âgées vivent dans des foyers spécialisés dans les pays occidentaux est que ceux-ci sont devenus des lieux où la transmission est très intense », a ajouté le Dr Moeti.

Ces maisons sont rares dans la plupart des pays africains, où les personnes âgées sont plus susceptibles de vivre dans les zones rurales.

Dans de nombreux pays africains, il est courant que les gens retournent dans leurs foyers ruraux lorsqu’ils quittent leur emploi dans les zones urbaines.

La densité de population dans les zones rurales est plus faible et il est donc beaucoup plus facile de maintenir la distance sociale.

En outre, un système de transport sous-développé au sein des pays et entre eux semble avoir été une bénédiction déguisée. Cela signifie que les Africains ne se déplacent pas autant que les habitants des économies plus développées, ce qui minimise les contacts.

4 : Un climat favorable

Une étude menée par des chercheurs de l’université du Maryland aux États-Unis établit une corrélation entre la température, l’humidité et la latitude, et la propagation de Covid-19.

« Nous avons examiné la propagation précoce [du virus] dans 50 villes du monde. Le virus se propageait plus facilement lorsque les températures et l’humidité étaient plus basses », indique Mohammad Sajadi, le chercheur principal.

« Non pas qu’il ne se répande pas dans d’autres conditions, mais il se propage mieux lorsque la température et l’humidité baissent ».

Les pays africains éloignés des tropiques ont été plus mal lotis.

La propagation du virus s’est accélérée en Afrique du Sud lorsque l’hémisphère sud est entré dans l’hiver.

Mais à mesure que le temps s’est réchauffé, le nombre de cas a chuté de manière significative, ce qui a eu un impact sur les perspectives continentales, puisque l’Afrique du Sud représente près de la moitié du nombre total de cas et de décès sur le continent.

5 : De bons systèmes de santé communautaires

La pandémie de Covid-19 est survenue au moment où la République démocratique du Congo était confrontée à sa plus grande épidémie de virus Ebola à ce jour. Les États voisins étaient en état d’alerte élevé et le contrôle sanitaire des voyageurs pour le virus Ebola a été étendu pour inclure le Covid-19.

Plusieurs États d’Afrique de l’Ouest – qui ont lutté contre la pire épidémie d’Ebola jamais connue dans le monde de 2013 à 2016 – avaient également maîtrisé les mesures de santé publique qui ont été utilisées pour prévenir le Covid-19, y compris l’isolement des personnes infectées, la recherche de leurs contacts et leur mise en quarantaine pendant qu’ils se font tester.

En outre, dans l’État le plus peuplé d’Afrique, le Nigeria, les équipes qui se rendaient dans les villages pour vacciner les enfants contre la polio ont rapidement été réorientées pour éduquer les communautés sur la nouvelle pandémie.

C’est ce que le Dr Rosemary Onyibe, qui avait travaillé sur le programme d’éradication de la polio, a fait valoir en avril :

« Dès que j’ai entendu la nouvelle, j’ai tout de suite pensé : le devoir m’appelle. Mon expertise est nécessaire pour servir ma communauté.

« Nous avons immédiatement mobilisé le personnel existant pour la polio, en suivant les contacts et en effectuant des visites de suivi. »

Ainsi, bien que l’infrastructure hospitalière soit moins développée dans une grande partie de l’Afrique que dans d’autres parties du monde, la force du continent réside dans ses systèmes de santé communautaire éprouvés.

Mais tout cela ne signifie pas que les Africains peuvent se permettre de se détendre.

« La propagation plus lente de l’infection dans la région signifie que nous nous attendons à ce que la pandémie continue à couver pendant un certain temps, avec des flambées occasionnelles », prévient le Dr Moeti.

Infos Rewmi avec BBC Afrique

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici