Réhabilitation du poste de chef du gouvernement : Vue de profil du futur Premier ministre

0 8

Le Président Macky Sall a décidé de restaurer le poste de Premier ministre. Sans autre indication sur celui ou celle qui devra l’incarner. Mais en attendant la décision présidentielle, les journalistes et experts en communication politique, Cheikh Yerim Seck, Aliou Ndiaye et Dr Cheikh Diallo, ont tenté de dresser le profil du futur chef du gouvernement. Chez Macky Sall, le mystère est objet de foi. Il est le premier pilier du culte politique d’un chef d’Etat foncièrement taciturne et éminemment secret, dont les décisions – parfois prises après un long processus de maturation – sont toujours énigmatiques.

En témoigne sa volonté exprimée en Conseil de ministre ce mercredi, de restaurer le poste de Premier ministre qui s’est vite traduite en une équation à plusieurs inconnus et dont les termes, chargés de coefficients différents, font cogiter tout un pays. Macky Sall a juste parlé «d’adaptation de l’organisation du pouvoir exécutif à un nouvel environnement économique et sociopolitique», pour justifier son rétropédalage ou recadrage. Sans autre indication. Pas même un indice. Et la question que tout le monde se pose, ces dernières 48H, est: quel devrait être le profil de ce futur chef du gouvernement ? Cheikh Yerim Seck est journaliste et analyste politique. Bien qu’il ignore encore le nom du futur successeur de Mohammad Boun Abdallah Dione, le patron de Yerim-Post croit savoir que le Président Macky Sall devrait choisir un profil d’abord et avant tout consensuel.

«Dans le contexte actuel du pays, on a besoin d’un homme transversal, qui, quoique appartenant au giron politique du chef de Etat, doit être à mesure de parler à tout le monde, insiste Cheikh Yerim Seck. Ia tension ambiante à l’orée de ces Locales exige qu’il y ait à la tête du gouvernement du Sénégal un homme capable d’initier, y compris en coulisses, un dialogue entre les différentes tendances politiques pour pacifier le mat. Au delà de la confiance qui doit lier le chef de l’Etat à son chef de gouvernement, Cheikh Yerim Seck est d’avis que le futur Pm devra être doté d’un certain background politique.

«Dans un contexte où on va vers des élections locales et législatives, le futur Premier ministre ne peut pas être un homme qui vient de n’importe où. Le poste est d’abord et avant tout un poste politique. II faut que ce soit quelqu’un qui, non seulement à un background politique, mais aussi une légitimité politique. Sil n’en a pas, il ne pourra pas avoir un ascendant sur des ministres qui ont tous chacun en ce qui le concerne, une légitimité locale. Il faut que ce soit un homme d’envergure nationale qui ait une légitimité politique d’emprise nationale. Ça ne peut pas arriver de n importe où. Le président de la République, dans le contexte actuel, n’a aucun intérêt à chercher un allié, l a intérêt au contraire à consolider et à élargir la base de légitimité de l’Etat et du pouvoir.

 

Saly Diouf.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.