Secours Tabaski : Pour un ancien maire, c’est du « vol légalisé »

0 33

En prélude à la fête musulmane communément appelé fête de la Tabaski, les opérations de secours venant du gouvernement ou des maires et destinées aux populations s’intensifient de manière drastique. En général, elles se déclinent en espèces sonnantes et trébuchantes. Ce, pour permettre aux ayant droits de se paye un mouton.

Pour Amadou Sène Niang qui est un expert en décentralisation, il n’y aucun fondement juridique pour ces actions exclusivement tabaski. Mais un ancien maire corrobore cette thèse en soutenant que c’est du « vol organisé ».

Pour cet édile d’une commune d’arrondissement de la place qui a préféré requérir l’anonymat, les subventions des maires telles qu’elles sont structurées actuellement ne sont rien d’autre que du « vol organisé ».Ainsi, il ajoute que beaucoup de maires profitent des fêtes religieuses pour s’enrichir sur le dos des populations.

« Pour décaisser de l’argent, il faudrait d’abord lister les différentes populations nécessiteuses par une commission car il ya une rubrique dans la nomenklatura budgétaire dénommée secours aux indulgents.
C’est cette liste qui doit permettre à la commission, en toute transparence, de connaitre la somme globale que le maire doit décaisser au Trésor.

Même pour la distribution, c’est la commission qui doit le faire ou à défaut un billeteur fourni par le Trésor qui, sur la base d’affichage des nécessiteux au niveau de la mairie, procède à la distribution .Malheureusement, précise le maire anonyme, cela ne fonctionne pas comme prévu. Que c’est le maire qui s’en approprie et en fait ce qu’il désire, rapporte le Témoin.

Senegal7

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.