Sexualité : le mystère de l’orgasme féminin

0 5

Sur ma machine à laver, il y a un verrou. Pour l’activer, vous devez appuyer sur le bouton de démarrage pendant un certain temps et à la bonne intensité ; trop doucement et il ne se passe rien, trop fort et la machine vous fait un bip furieux.

Une fois que vous avez maîtrisé la technique, c’est facile ; les lumières s’allument, les choses commencent à bouger et le cycle finit par atteindre son apogée dans un crescendo de bruit tourbillonnant et frissonnant. Enfin, un tas de vêtements humides mais rafraîchis s’enchevêtrent à l’autre bout. Mais pour les non-initiés, c’est un mystère qui laisse perplexe.

Considérons maintenant l’orgasme féminin. JD Salinger a écrit un jour que « le corps d’une femme est comme un violon ; il faut un musicien formidable pour en jouer correctement ».

Si elle est pressée ou caressée de la bonne manière, une femme peut être transportée dans une telle extase que, pendant quelques secondes, le reste du monde cesse d’exister.

Mais si l’on se trompe, la douleur, la frustration ou le néant peuvent s’ensuivre.

Le contraste est saisissant avec l’expérience des hommes : tant qu’ils peuvent avoir une érection, quelques minutes de stimulation vigoureuse entraînent généralement une éjaculation.

Pourquoi les orgasmes sont-ils si intensément agréables ? Comment se fait-il que les femmes puissent connaître des orgasmes multiples ? Et le légendaire point G existe-t-il vraiment ?

Ce sont là quelques-uns des mystères les plus persistants de la médecine.

« Nous sommes capables d’aller sur la lune, mais nous ne comprenons pas suffisamment notre propre corps », déclare Emmanuele Jannini, de l’université de Rome Tor Vergata, l’un de ceux qui ont passé leur carrière à tenter de le percer.

Ces dernières années, ces maîtres du sexe ont multiplié les études, et ils obtiennent enfin des réponses.

Des cerveaux en feu
Le plus grand talent des scientifiques consiste peut-être à persuader les femmes de balayer leurs inhibitions et de se masturber – voire de copuler – sous le feu des projecteurs de la recherche scientifique, y compris dans l’environnement inconfortable du scanner IRM.

L’un des chefs de file de cette recherche est Barry Komisaruk, de l’université Rutgers, dans le New Jersey, qui voulait savoir si des différences cérébrales pouvaient expliquer pourquoi les femmes et les hommes vivent le sexe de manière si différente.Il s’avère que malgré leurs expériences variées, les hommes et les femmes présentent à peu près la même activité neuronale pendant l’orgasme.

« Les similitudes entre les hommes et les femmes au moment de l’orgasme sont bien plus importantes que les différences », explique Komisaruk.

Lire la suite sur : https://www.bbc.com/afrique/monde-58548588

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.