Accueil Actualités Seydou Guèye, porte-parole de l’Apr : «Sonko est allé se faire masser...

Seydou Guèye, porte-parole de l’Apr : «Sonko est allé se faire masser délicieusement par une… »

Après la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko, les interrogations se multiplient sur ce que l’Etat va faire face au refus de ce dernier de répondre à une éventuelle convocation. «Il faut que force reste à la loi, ce qui importe est qu’il faut que cette affaire soit tranchée par la Justice de façon impartiale, hors pression de quelque bord que ce soit», a déclaré le ministre coordonnateur de la communication de la présidence de la République hier au Jury du dimanche de I-radio et Itv. Seydou Guèye a indiqué que «tous les citoyens sont soumis au droit et il ne peut pas y avoir dans notre pays un citoyen Sénégalais qui soit hors de portée de la loi parce qu’il a un statut différent des autres». Le porte-parole de l’Apr estime, précisément, que le leader de Patsef «est un justiciable comme Adji Sarr et comme tant d’autres Séné­galais».

Pour démonter le «complot politique» brandi par le député, il répond : «Cette affaire est une affaire de mœurs, elle n’a aucun relent de complot politique, c’est une affaire privée, un conflit entre deux citoyens sénégalais. L’argument du complot est insoutenable. Aucun d’entre nous, que je sache, n’est mêlé à ça. L’Etat n’a rien à voir avec ça, encore moins l’Alliance pour la République et la coalition Benno bokk yaakaar.» Seydou Guèye ajoute : «Ce qui s’est passé dans ce salon de massage suite aux accusations de la jeune fille, ni vous, ni moi, ni quelqu’un d’autre ne le sait. Il est allé se faire masser délicieusement par une jeune fille. Qu’il assume ses responsabilités ! On ne l’y a pas amené de force.» Toutefois, il se demande pourquoi «chaque fois qu’un homme politique est pris dans les filets de la Justice, il argumente sur cette stratégie éculée du complot».

Relativement à la menace du Président Macky Sall qui disait que si les Sénégalais ne prennent pas les vaccins, il les donnerait à d’autres Africains, le coordonnateur de la communication du Palais estime que «c’est une boutade qu’il faut prendre sur le ton de l’humour».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici