« Stratégie pour éliminer un candidat potentiellement dangereux : Le Monde, Jeune Afrique et RFI jouent leur partition » (Par Mody Niang)

0 10

Ils reviennent donc à la charge un an après, avec cette fois-ci les médias Le Monde, Jeune Afrique et Radio France Internationale (RFI), dont tout indique qu’ils volent à leur secours. Ils s’accrochent ainsi à leur stratégie, la même qu’ils avaient mise en branle dès le lendemain des événements de la première semaine de mars 2021.

On se rappelle en effet que l’« honorable » député Aymérou Gningue, Président du Groupe parlementaire Bennoo Bokk Yaakaar du président-politicien, avait publié une contribution dans différents quotidiens de la place, notamment à WalfQuotidien du samedi 20 mars 2021. Je rappelle que j’avais répondu à cette contribution par une autre publiée à WalfQuotidien etL’Exclusif du 25 mars 2021, et qui avait pour titre : « ‘’Honorable’’, vous n’avez convaincu personne !». Les arguments que j’y avais développés restent actuels, de mon point de vue tout au moins.

Cette contribution-ci sera donc de rappel car, dans notre pays, la fâcheuse tendance à vite oublier et à passer facilement sur les événements les plus importants est pratiquement devenue une marque de fabrique.

Dans ma contribution-réplique du 25 mars 2021, je faisais remarquer que l’« honorable » Président du Groupe parlementaire du président-politicien Macky Sall n’avaitconvaincu personne, en tout cas personne tant soit peu doté de bon sens et de culture politique. Elle s’inscrivait plutôt dans une même volonté, une même dynamique affichée par le président-politicien et sa coalition de chercher coûte que coûte à discréditer Ousmane Sonko, faute de le faire condamner et de lui faire perdre ses droits civiques. Tous les membres de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar et tous les gardiens jaloux du statu quo devraient y travailler de toutes leurs forces, en y entraînant même la justice qui ferait traîner l’affaire, si c’était possible. Espérons que les juges ne laisseront pas faire !

On se rappelle encore cette information importante, selon laquelle une certaine avocate avait envoyé, « par mégarde »,un curieux message écrit à l’un des avocats d’Ousmane Sonko, Me Bamba Cissé. Quelques minutes auparavant, elle discutait de cette affaire de viol avec lui. Dans ce message qui serait plutôt destiné au Ministre de l’Intérieur dont elle serait très proche, l’auteure du message conseillait de ne pas envoyer « l’ennemi public numéro 1 » en prison, mais plutôt de le placer sous un long contrôle judiciaire qui lui ôterait la parole.

Pendant ce temps, une communication durable serait organisée pour charger copieusement et régulièrement M. Sonko qui les empêcherait de dormir et le discréditer au maximum devant ses militants et sympathisants. Nous sommes encore, aujourd’hui, dans cette communication, cette stratégie de campagne de dénigrement. Un des bras armés de cette stratégie, c’est incontestablement Madiambal Diagne qui, avec les « honorables » députés Aïmérou Gning, et Cheikh Seck, et un certain avocat dont il me répugne de prononcer le nom, partagent la haine sourde contre Ousmane Sonko.

On se rappelle que Madiambal Diagne avait donné le ton, annoncé la couleur et sonné la charge dans son «Lundi » du 15 mars 2021. « L’ami », le bras armé du couple présidentiel n’y avait pas ménagé la cible privilégiée, l’ennemi à abattre coûte que coûte et par tous les moyens, et l’avait alors copieusement chargé. On pouvait lire ainsi dans ce fameux «Lundi » : « (…) Des personnes sont arrêtées et détenues pour avoir participé aux actions subversives. Il semble moralement inacceptable que les exécutants paient seuls, alors que le commanditaire, l’instigateur, le donneur d’ordres, Ousmane Sonko, clairement identifié, soit épargné par le glaive de la justice. La seule chose qui pouvait arriver à Ousmane Sonko était d’être traduit en justice pour ces faits et de lui faire application de la rigueur de la loi pénale. Mais il semble acquis que rien ne lui arrivera de ce point de vue et qu’il pourra continuer à se calfeutrer dans sa maison, avec sa famille, et donner des mots d’ordre que vont exécuter à la lettre des hordes de militants. »

On sent la haine, une haine sourde à travers tous ses mots et expressions. Ainsi donc pour lui, Ousmane Sonko est manifestement coupable et le glaive de la justice devrait lui tomber lourdement dessus. Mais il craignait que peut-être rien ne lui arriverait et il « pourra continuer à se calfeutrer dans sa maison, avec sa famille, et donner des mots d’ordre que vont exécuter à la lettre des hordes de militants ». Il faudrait alors envisager un autre moyen qui est tout trouvé dans le « Lundi » de l’ancien « ami » du vieux président-politicienWade. Voici comment il développe le moyen, la stratégie : « (…) Au terme de son instruction, le juge Samba Sall pourrait décider d’un non-lieu, s’il trouvait les charges insuffisantes et une telle décision laisserait la latitude aux parties d’user de leurs droits de recours judiciaires.

A l’inverse, il pourrait décider du renvoi devant le Tribunal correctionnel. La perspective d’un procès public semble être fortement redoutée par Ousmane Sonko qui manifestement ne souhaiterait pas voir étaler sur la place publique le récit de ses contacts intimes avec la dame Adji Sarr dans cette sorte de lupanar qu’est le salon’’Sweet Beauté’’. Aussi, certaines fuites dans la presse de l’audition par le juge d’instruction de la dame AdjiSarr révèlent des faits et actes sexuels qui ne manqueraient pas d’avoir un impact on ne peut plus négatif sur la moralité de Ousmane Sonko, qui a quelque part travaillé à asseoir une image immaculée de ‘’musulman modèle’’. On peut se demander si certaines révélations circonstanciées devant le public ne terniraient pas l’image de ce leader politique, plus que ne le ferait une condamnation pénale. Même s’il sortait d’un procès avec une relaxe, Ousmane Sonko n’y laisserait pas moins de grosses éclaboussures sur sa réputation ».

C’est terrible, c’est énorme, c’est au moins clair comme l’eau de roche. Comment peut-on haïr à ce point un compatriote et le présenter comme coupable de tous les faits qui lui sont reprochés, alors qu’il n’est pas encore jugé ? Ce n’était donc plus un secret pour personne : Madiambal Diagne étaitmanifestement dans la logique, la dynamique du message de l’avocate et l’est encore aujourd’hui, en première ligne : avec lui, il faut « ternir l’image de ce leader politique, plus que ne le ferait une condamnation pénale » et faire de sorte qu’il laisse dans l’affaire de « grosses éclaboussures sur sa réputation ». Le coup d’envoi de la campagne de dénigrements était donc ainsi donné et le mercredi 17 mars 2021, la présumée victime « sortait enfin de son silence », de la manière que tout le monde se rappelle. Ce théâtre organisé par son tonitruant avocat avec un scénario mal assimilé, a été largement commenté et je ne m’y appesantirai pas.

Dès le lendemain, le 18 mars, les femmes de Bennoo BokkYaakar et celles de « Macky 2012 » sortaient, elles aussi, de leur mutisme. Aminata Mbengue Ndiaye du Pati socialiste et ses camarades souhaitaient que l’affaire « soit élucidée », « que la justice fasse son travail pour l’éclatement et la manifestation de la vérité ». Leurs camarades de « Macky2012 » n’étaient pas en reste : elles aussi entrèrent en scène et demandèrent à Ousmane Sonko de jurer, comme l’y invitait la « plaignante », qu’il n’a jamais eu de rapports sexuels avec elle.

Le lendemain 19 mars, le président-politicien et ses alliés se retrouvaient au palais de la République devenu le palais de la dynastie Faye-Sall et de son clan. Ils condamnaient les violences de toutes sortes et « la volonté avérée de subversion de la République, de renversement de notre système démocratique acquis de haute lutte, legs de générations d’hommes et de femmes qui ont consenti d’énormes sacrifices pour sa réalisation ». Ils ajoutaient que « ces agissements indiquent très clairement que notre pays est devenu une cible du fait de la découverte des ressources naturelles comme le pétrole et le gaz et qu’il constitue un dernier verrou du terrorisme pour accéder à l’océan ». Ils ne comprenaient vraiment rien ou faisaient semblant de ne rien comprendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.