Accueil Actualités Thiès – Sécurisation de transport : La police met les Jakarta au...

Thiès – Sécurisation de transport : La police met les Jakarta au pas

Les conducteurs de moto Jakarta qui avaient terrorisé le policier Makha Fall alias El Capo à Thiès, jusqu’à son exfiltration à Dakar, ont ces dernières 72h, reçu la monnaie de leur pièce, de la part des policiers qui ont immobilisé plus de 200 motos, selon nos confrères du Quotidien. Motif : Non-port de casque et circulation non autorisée. Vengeance policière, dira-t-on. Deux semaines après la mort non encore élucidée du jeune boulanger-conducteur de moto Jakarta, Amar Mbaye à Thiès, la police, accusée par la clameur motoriste, est aux trousses des conducteurs de deux-roues. Elle a lancé, depuis jeudi soir, une vaste opération de sécurisation pour freiner tout conducteur qui n’est pas en règle ».

Vendetta

Menée par les 5 commissariats de la Cité du Rail et dirigée par le commandant du Corps urbain, capitaine Babacar Mbaye, sous la supervision du Commissariat central de Thiès, l’opération a permis de mettre la main sur 200 motos Jakarta, pour défaut de port de casque de sécurité. L’opération, qui a mobilisé plus de 100 limiers, en plus du Groupement mobile d’intervention (Gmi), et qui s’est poursuivie tout au long du week-end, a permis également d’immobiliser des centaines de motos, pour circulation non autorisée. En effet, un arrêté préfectoral avait interdit en 2017, la circulation des motos Jakarta au delà de 20h, les autorités administratives précisant que leurs conducteurs sont impliqués dans beaucoup de choses louches. Outre certains forfaits et autres agressions, beaucoup d’accidents mortels de la circulation ont été le fait des motos Jakarta, la nuit. Ces raisons avaient motivé en 2017, les autorités administratives de mettre fin à «l’anarchie» dans le transport des motos Jakarta.

Arrêté préfectoral

Réagissant, les autorités policières soutiennent que c’est une opération régulière et qui n’a rien à voir avec l’affaire El Capo. Elles précisent toutefois que c’est une opération pour sécuriser la ville quand des cas d’agressions sont notés. Et cette semaine, informent-elles, «presque 5 cas d’agressions ont été enregistrés dans la périphérie de la ville».
Dans la même lancée, Samba Coumba Samb, président de la Fédération nationale des conducteurs de moto Jakarta, trouve «normale» l’opération sous la tutelle du préfet du département de Thiès. Il est même à «100%» avec l’autorité départementale. Il explique : «Les conducteurs doivent porter un casque parce que c’est pour leur propre sécurité. Et après les manifestations qui ont suivi l’affaire El Capo, il y a un peu de relâchement de la part des gosses qui ne portaient plus de casque.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici