Accueil Société Tontine de VIP : Zoom sur une arnaque autour des célébrités

Tontine de VIP : Zoom sur une arnaque autour des célébrités

Depuis plus de trois ans, les participants d’une tontine en ligne ont du mal à entrer en contact avec la femme qui dirige les fonds de caisse. Coumba Keïta, administratrice du groupe nommé « Tontine un million » est introuvable. Tout serait parti d’une plateforme sur le réseau social Facebook, avec un groupe « les tontines de Coumba », posté dans des groupes de discussions de femmes au Sénégal.

Cette tontine de VIP regroupait des célébrités du pays, des Sénégalaises de l’extérieur et des étrangers de la sous région. Une animatrice de GFM est aussi citée parmi les femmes qui n’ont pas remboursé l’argent.

Il y a trois ans de cela, Coumba a posté une annonce sur la plateforme, affirmant sa volonté de réunir les femmes autour d’une cotisation mensuelle. Un groupe qui répondait aux normes car un huissier de justice de la place serait au contrôle du bon déroulement. Dans ce lot, certaines personnes ont choisi de donner le double de la somme demandée. Car si certaines personnes donnent 50 000Fcfa par mois, d’autres cotisent 100 000Fcfa. Les participantes, après des mois sans recevoir leur argent, se sont plaintes auprès de Coumba. En effet, elle était la personne qui a permis à ce beau monde de se réunir autour de cette tontine.

Beaucoup de femmes ont rejoint ce groupe grâce à la participation des célébrités du pays. Une célèbre animatrice qui a fait carrière à la radio de Walf avant d’atterrir à GFM serait parmi les gens non solvables. Au moment où nous écrivons ces lignes, elle est injoignable car elle se trouve hors du pays en compagnie de son mari. Mais aussi, des femmes qui sont célèbres dans leur domaine d’activités et les femmes des célébrités.

Une affaire de confiance qui tourne à une arnaque
Après des mois, les participants ont constaté que certaines personnes n’étaient plus solvables. Et les premières bénéficiaires se sont retirées sans cotiser à leur tour pour les autres. Ce comportement entraîne un soupçon dans le groupe et certaines personne ont appelé le cabinet de l’huissier qui devait veiller au bon fonctionnement. Surprise par la réponse de l’huissier basé à Rufisque, une participante demande des comptes à Coumba. Car, pour participer à cette tontine, certaines personnes ont signé un document d’engagement accompagné de copie de carte d’identité.

Le cabinet en question a signifié à cette étudiante que sa boite n’est ni de près, ni de loin mêlée à cette histoire de tontine. Mais sur le contrat d’engagement de l’administrateur, le nom de la boite est écrit noir sur blanc en haut de la page.

Joint au téléphone certaines personnes se sont confiées à la Rédaction de SeneNews pour narrer leur mésaventure. La plupart de ces femmes ont mis leur argent dans cette tontine sans informer leur mari. Par mesure de protection, nous préférons donner des noms d’emprunt afin d’éviter la réaction de leur famille dont elles n’ont pas obtenu l’aval en amont de leur participation.

«Je suis une Sénégalaise basée en France. J’ai fais la connaissance de Coumba à travers la plateforme de rencontre des femmes sénégalaises nommée femme chic. Elle a posté une annonce pour réunir les femmes autour d’une tontine pour aider à économiser. Je donnais une somme de 100.000Fcfa car selon elle la cotisation est garantie par un huissier de justice. Elle nous a même envoyé un papier d’engagement à la tête duquel figure le logo du cabinet basé à Rufisque», a déclaré Marie .

Cette sénégalaise, qui est tout le temps sur les réseaux sociaux pour ne pas être déconnectée de son pays d’enfance, participe aux discussions en ligne sur plusieurs groupes.

«Je n’étais pas intéressée par l’annonce jusqu’à ce qu’une membre fondatrice d’une grande plateforme donne son avis. J’ai ensuite contacté Coumba pour lui signifier mon désir de participer. Elle m’a demandé la copie de ma carte d’identité et m’a fait parvenir le papier de l’huissier. J’envoie souvent mon argent à ma petite sœur qui se rend directement chez Coumba pour lui remettre l’argent à chaque le 10 du mois. Mais depuis trois ans je cours derrière une somme de 950. 000Fcfa. D’ailleurs j’avais peur d’informer mon mari sur cette somme», a informé Marie.

Elle finira par informer son mari sur la tournure de cette tontine basée au Sénégal. Mais, il y a eu plus de peur que de mal car son mari a finalement accepté son erreur.

Quant à Fatima (nom d’emprunt) elle ne s’est pas laissée faire. Car après constat, elle a porté l’affaire devant la justice.
«J’étais la première personne à porter plainte contre Coumba , car je lui ai réclamé une somme de 400 000Fcfa. Mise au parfum de ma plainte, elle a quitté Dakar pour se réfugier à Tambacounda sa région natale. J’étais à l’époque une étudiante de l’ESP et je devais payer une somme de 1.580.000 Cfa à mon institut de formation. Je voulais assurer ma scolarité raison pour laquelle j’ai intégré ce groupe car on m’a parlé d’huissier de justice. Dans son poste une femme administrateur d’une plate forme a mentionné avoir reçu l’argent de cette tontine par capture. C’est après que j’ai fais confiance à l’organisatrice. Car la femme qui a posté fait partie des femmes d’affaires de ce pays. Mais bizarrement aprés les frustrations j’ai contacté l’huissier, cette personne me confirme ne pas être au courant de cette tontine», a fait savoir l’étudiante.

Une arnaque qui lui a couté deux mois de suspension de cours pour non payement. Aujourd’hui elle réclame son argent à la personne qui a réuni le groupe. Si cette étudiante a rejoint ce groupe c’est pour ne pas avoir la banque à ses trousses pour remboursements bancaires.

Dans ce lot, figure un homme qui a eu la chance de rencontrer en personne Coumba pour discuter des modalités avant son engament. Mais selon M. Mbaye, la jeune dame est victime des membres du groupe qui ne sont pas solvables. Il a aussi laissé son argent dans ce groupe de tontine de 1 million. Aujourd’hui il a tourné la page de cette histoire de tontine et ne réclame aucun franc.

Une autre dame Ngoné informe avoir mis au courant son mari au début de l’histoire.
«Je suis aussi victime de cette tontine. Mais à la seule différence des autres femmes , mon mari était informé à temps pour ne pas subir les conséquences. Car au début j’avais un projet en cours. C’est avec son aide que la jeune femme Coumba m’a remis 600.000Fcfa. Mais j’ai aussi eu la chance car je faisais parti des huit premières à être choisie pour prendre l’argent de la tontine. C’est après des menaces que Coumba m’a envoyé cette somme via un transfert d’argent», a déclaré Ngoné.

Dans son projet de réunir les femmes Coumba n’a pas laissé en rade une de ses camarades de classe du CM2.
«Je suis une camarade de promotion de Coumba K. On s’est connue ici à Tambacounda, car on était dans une même salle de classe de CM2. Je faisais partie du groupe qui donnait 50.000Fcfa. J’ai porté plainte contre elle à la brigade de recherches de Tamba. C’est dans le bureau des hommes de tenues qu’elle m’a remis mon argent. Mais au moment où elle faisait cette tontine de 50 000 Fcfa, mon fils a intégré une autre tontine de Coumba de 30 000Fcfa», a déploré madame Camara.

Devenue l’ennemi public des gens de la tontine, Coumba K, jointe au téléphone, s’est confiée.
«Je suis victime de gens qui ne sont pas solvables. C’est vrai que j’ai pris l’engagement envers certaines personnes pour les rembourser. A chaque fois je demande à ces gens de donner l’argent des autres. Certaines femmes m’ont bloqué sur leur smart phone pour ne pas entrer en contact avec elles », a pesté Coumba Keïta.

Selon cette dame, son erreur est de ne pas avoir dénoncé les femmes qui ne sont pas solvables. Car la plupart d’entre-elles, après avoir reçu l’argent de la tontine, à leur tour, ont refusé de cotiser pour le reste du groupe. Coumba déclare qu’elle n’a pas fui la capitale à cause de cette histoire. Car les raisons de santé ont entrainé son voyage dans le Sénégal oriental.

» Je sais que la plupart de ces femmes pensent que j’ai quitté Dakar à cause de l’argent de la tontine. Mais peu d’entre elles sont informées de ma maladie. C’est après une longue période de convalescence que j’ai envoyé des messages à ces célébrités. Car depuis plus de trois ans, les gens sont après moi. Certaines célébrités ont pris l’engagement de payer à partir de ce mois« , a réagi la dame incriminée.

Selon Coumba c’est elle qui a fait l’effort de recontacter le reste du groupe à travers ses moyens de recherches avec l’aide des réseaux sociaux.

Une autre célébrité qui faisait partie du lot des gens insolvables a envoyé le reste de la somme à un mois du Ramadan , car elle était informée de cette affaire qui a fuité. Pour rappel nous sommes informé de ce dossier des mois avant que certaines ne prennent la tangente. La deuxième partie consistera à publier l’article avec les vrais noms de ces célébrités qui ne sont pas toujours solvables.

senenews

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici