Troisième mandat : Imam Kanté se prononce

imam-Kanté-1

Ainsi, pour régler définitivement la question du troisième mandat en Afrique il faut éviter que les chefs d’Etat fassent ce qu’ils veulent de la constitution. C’est du moins l’avis de Ahmadou Makhtar Kanté qui a fait la publication suivante :

« Il ne faut pas se tromper en se focalisant sur un troisième mandat. Ce qui pose problème dans nos pays, c’est de laisser le président disposer du pouvoir de changer la constitution quand il veut notamment en fin de mandat, pour y rester à vie ou décider de le donner à qui il veut par toutes sortes d’arrangements, de manipulations voire par des intimidations, des « achats » de conscience et la terreur.

Il faut donc régler le problème à la source pour éviter que le prince fasse ce qu’il veut et qu’on se mette par la suite à spéculer sur le respect de l’ordre constitutionnel et des coups d’états ou des soulèvements populaires.
Il faudrait donc que la constitution soit sans équivoque sur le nombre et la durée du mandat et qu’il y ait un mécanisme qui permet de destituer le président qui ne respecte pas la loi en la matière

.C’est naïf voire irresponsable de ne pas régler cette question à la source et de condamner des réactions de résistance contre les dérives du gouvernant.

Wa Salam »

 

Laisser un commentaire

Mettez votre commentaire
Mettez votre nom svp