Accueil Religion Urgent : 125 ans d’existence, la Cathédrale de Ziguinchor listée comme édifice...

Urgent : 125 ans d’existence, la Cathédrale de Ziguinchor listée comme édifice dangereux

La cathédrale saint- Antoine de Padoue de Ziguinchor menace de s’écrouler 125 ans après sa construction. Malgré les alertes des paroissiens à l’attention du gouvernement et de l’exécutif régional, c’est le silence radio total. Mutisme total du côté des hommes politiques de Ziguinchor comme lors des Gamous du Fogny et du Blouf.

Les efforts consentis par les fidèles ces dernières années auront juste permis à l’édifice de tenir debout, histoire pour les Ziguinchorois de disposer d’un lieu de culte.

La cathédrale saint- Antoine de Padoue avant d’être un monument est un lieu de culte sacré. Et sous le poids de l’âge, elle est quasiment impraticable. Le pire c’est que les services administratifs connaissent bien l’état de délabrement du bâtiment et, comme de coutume, préfèrent attendre que l’irréparable se produise pour se donner en spectacle.

Pourtant, Abbé Jean Michel Sambou, Curé de la Paroisse avait bon espoir de voir l’Etat prendre en charge les travaux de rénovation. Et cet espoir était suscité après l’audience que lui avait accordé le Président de la République, Macky Sall il n’y a guère longtemps et, durant la rencontre, l’Évêque avait sollicité du chef de l’Etat la prise en charge des travaux.

Joint par actusen.sn, le chef de l’église de Ziguinchor n’a pas voulu entrer dans les détails mais regrette que rien n’est encore fait et se désole de constater un certain manque de considération. L’absence du plus petit geste du gouvernement du Sénégal à quelques heures seulement de la célébration des 125 ans de la cathédrale saint- Antoine de Padoue inquiète les fidèles chrétiens.

Pour rappel, la cathédrale de Ziguinchor a été remise à neuf en 1992 par les soins de l’ancienne Première Dame, Élisabeth Diouf considérée comme l’une des principales marraines.

Bizarrement, depuis le raz-de-marée du chef de file de Pastef dans la région méridionale, les autorités politiques semblent être dans une logique de règlement de compte avec les populations. Il n’y a guère longtemps, ces leaders avaient boycotté les Gamou du Fogny et du Blouf.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici